Bible2000.net Psaumes 119.130 : "La révélation de tes paroles éclaire, elle donne de l'intelligence aux simples."
 
Accueil | Bible | Sujets bibliques | Multimédia | Logiciels | Divers


Chapitres : [ 1 à 10 ] - [ 11 à 21 ]

Évangile selon Jean
Version 'Louis Segond 1910'

- Chapitre 1 -
1.1 -Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. 1.2 Elle était au commencement avec Dieu. 1.3 Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle. 1.4 En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes. 1.5 La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point reçue. 1.6 Il y eut un homme envoyé de Dieu: son nom était Jean. 1.7 Il vint pour servir de témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui. 1.8 Il n'était pas la lumière, mais il parut pour rendre témoignage à la lumière. 1.9 Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme. 1.10 Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l'a point connue. 1.11 Elle est venue chez les siens, et les siens ne l'ont point reçue. 1.12 Mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, 1.13 non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu. 1.14 Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père. 1.15 Jean lui a rendu témoignage, et s'est écrié: C'est celui dont j'ai dit: Celui qui vient après moi m'a précédé, car il était avant moi. 1.16 Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce pour grâce; 1.17 car la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. 1.18 Personne n'a jamais vu Dieu; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l'a fait connaître. 1.19 Voici le témoignage de Jean, lorsque les Juifs envoyèrent de Jérusalem des sacrificateurs et des Lévites, pour lui demander: Toi, qui es-tu? 1.20 Il déclara, et ne le nia point, il déclara qu'il n'était pas le Christ. 1.21 Et ils lui demandèrent: Quoi donc? es-tu Élie? Et il dit: Je ne le suis point. Es-tu le prophète? Et il répondit: Non. 1.22 Ils lui dirent alors: Qui es-tu? afin que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu de toi-même? 1.23 Moi, dit-il, je suis la voix de celui qui crie dans le désert: Aplanissez le chemin du Seigneur, comme a dit Ésaïe, le prophète. 1.24 Ceux qui avaient été envoyés étaient des pharisiens. 1.25 Ils lui firent encore cette question: Pourquoi donc baptises-tu, si tu n'es pas le Christ, ni Élie, ni le prophète? 1.26 Jean leur répondit: Moi, je baptise d'eau, mais au milieu de vous il y a quelqu'un que vous ne connaissez pas, qui vient après moi; 1.27 je ne suis pas digne de délier la courroie de ses souliers. 1.28 Ces choses se passèrent à Béthanie, au delà du Jourdain, où Jean baptisait. 1.29 Le lendemain, il vit Jésus venant à lui, et il dit: Voici l'Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde. 1.30 C'est celui dont j'ai dit: Après moi vient un homme qui m'a précédé, car il était avant moi. 1.31 Je ne le connaissais pas, mais c'est afin qu'il fût manifesté à Israël que je suis venu baptiser d'eau. 1.32 Jean rendit ce témoignage: J'ai vu l'Esprit descendre du ciel comme une colombe et s'arrêter sur lui. 1.33 Je ne le connaissais pas, mais celui qui m'a envoyé baptiser d'eau, celui-là m'a dit: Celui sur qui tu verras l'Esprit descendre et s'arrêter, c'est celui qui baptise du Saint Esprit. 1.34 Et j'ai vu, et j'ai rendu témoignage qu'il est le Fils de Dieu. 1.35 Le lendemain, Jean était encore là, avec deux de ses disciples; 1.36 et, ayant regardé Jésus qui passait, il dit: Voilà l'Agneau de Dieu. 1.37 Les deux disciples l'entendirent prononcer ces paroles, et ils suivirent Jésus. 1.38 Jésus se retourna, et voyant qu'ils le suivaient, il leur dit: Que cherchez-vous? Ils lui répondirent: Rabbi (ce qui signifie Maître), où demeures-tu? 1.39 Venez, leur dit-il, et voyez. Ils allèrent, et ils virent où il demeurait; et ils restèrent auprès de lui ce jour-là. C'était environ la dixième heure. 1.40 André, frère de Simon Pierre, était l'un des deux qui avaient entendu les paroles de Jean, et qui avaient suivi Jésus. 1.41 Ce fut lui qui rencontra le premier son frère Simon, et il lui dit: Nous avons trouvé le Messie (ce qui signifie Christ). 1.42 Et il le conduisit vers Jésus. Jésus, l'ayant regardé, dit: Tu es Simon, fils de Jonas; tu seras appelé Céphas (ce qui signifie Pierre). 1.43 Le lendemain, Jésus voulut se rendre en Galilée, et il rencontra Philippe. Il lui dit: Suis-moi. 1.44 Philippe était de Bethsaïda, de la ville d'André et de Pierre. 1.45 Philippe rencontra Nathanaël, et lui dit: Nous avons trouvé celui de qui Moïse a écrit dans la loi et dont les prophètes ont parlé, Jésus de Nazareth, fils de Joseph. 1.46 Nathanaël lui dit: Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon? Philippe lui répondit: Viens, et vois. 1.47 Jésus, voyant venir à lui Nathanaël, dit de lui: Voici vraiment un Israélite, dans lequel il n'y a point de fraude. 1.48 D'où me connais-tu? lui dit Nathanaël. Jésus lui répondit: Avant que Philippe t'appelât, quand tu étais sous le figuier, je t'ai vu. 1.49 Nathanaël répondit et lui dit: Rabbi, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d'Israël. 1.50 Jésus lui répondit: Parce que je t'ai dit que je t'ai vu sous le figuier, tu crois; tu verras de plus grandes choses que celles-ci. 1.51 Et il lui dit: En vérité, en vérité, vous verrez désormais le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre sur le Fils de l'homme.
Version 'J.N. Darby 1872'

- Chapitre 1 -
1.1 Au commencement était la Parole; et la Parole était auprès de Dieu ; et la Parole était Dieu. 1.2 Elle était au commencement auprès de Dieu. 1.3 Toutes choses furent faites par elle, et sans elle pas une seule chose ne fut faite de ce qui a été fait. 1.4 En elle était [la] vie, et la vie était la lumière des hommes. 1.5 Et la lumière luit dans les ténèbres ; et les ténèbres ne l'ont pas comprise. 1.6 Il y eut un homme envoyé de Dieu ; son nom était Jean. 1.7 Celui-ci vint pour [rendre] témoignage, pour rendre témoignage de la lumière, afin que tous crussent par lui. 1.8 Lui n'était pas la lumière, mais pour rendre témoignage de la lumière : 1.9 la vraie lumière était celle, qui, venant dans le monde, éclaire tout homme. 1.10 Il était dans le monde, et le monde fut fait par lui ; et le monde ne l'a pas connu. 1.11 Il vint chez soi; et les siens ne l'ont pas reçu. 1.12 Mais à tous ceux qui l'ont reçu il leur a donné le droit d'être enfants de Dieu, [savoir] à ceux qui croient en son nom ; 1.13 lesquels sont nés, non pas de sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu. 1.14 Et la Parole devint chair, et habita au milieu de nous (et nous vîmes sa gloire, une gloire comme d'un fils unique de la part du Père) pleine de grâce et de vérité ; 1.15 - Jean rend témoignage de lui, et a crié, disant : C'était celui-ci duquel je disais : Celui qui vient après moi prend place avant moi ; car il était avant moi ; 1.16 - car, de sa plénitude, nous tous nous avons reçu, et grâce sur grâce. 1.17 Car la loi a été donnée par Moïse ; la grâce et la vérité vinrent par Jésus Christ. 1.18 Personne ne vit jamais Dieu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, lui, l'a fait connaître. 1.19 Et c'est ici le témoignage de Jean, lorsque les Juifs envoyèrent de Jérusalem des sacrificateurs et des lévites, pour lui demander : Toi, qui es-tu ? 1.20 Et il confessa, et ne nia pas, et confessa : Moi, je ne suis pas le Christ. 1.21 Et ils lui demandèrent : Quoi donc ? Es-tu Élie ? Et il dit : Je ne le suis pas. Es-tu le prophète ? Et il répondit : Non. 1.22 Ils lui dirent donc : Qui es-tu, afin que nous donnions réponse à ceux qui nous ont envoyés ? Que dis-tu de toi-même ? 1.23 Il dit : Moi, je suis la voix de celui qui crie dans le désert : Faites droit le chemin du *Seigneur, comme dit Ésaïe le prophète. 1.24 Et ils avaient été envoyés d'entre les Pharisiens. 1.25 Et ils l'interrogèrent et lui dirent : Pourquoi donc baptises-tu, si tu n'es ni le Christ, ni Élie, ni le prophète ? 1.26 Jean leur répondit, disant : Moi, je baptise d'eau ; [mais] au milieu de vous il y en a un que vous ne connaissez pas, 1.27 celui qui vient après moi, duquel moi je ne suis pas digne de délier la courroie de la sandale. 1.28 Ces choses arrivèrent à Béthanie, au delà du Jourdain, où Jean baptisait. 1.29 Le lendemain, il voit Jésus venant à lui, et il dit : Voilà l'agneau de Dieu qui ôte le péché du monde ! 1.30 C'est de celui-ci que moi, je disais : Après moi vient un homme qui prend place avant moi, car il était avant moi. 1.31 Et pour moi, je ne le connaissais pas ; mais afin qu'il fût manifesté à Israël, à cause de cela, je suis venu baptiser d'eau. 1.32 Et Jean rendit témoignage, disant : J'ai vu l'Esprit descendant du ciel comme une colombe, et il demeura sur lui. 1.33 Et pour moi, je ne le connaissais pas ; mais celui qui m'a envoyé baptiser d'eau, celui-là me dit : Celui sur qui tu verras l'Esprit descendre, et demeurer sur lui, c'est celui-là qui baptise de l'Esprit Saint. 1.34 Et moi, j'ai vu et j'ai rendu témoignage que celui-ci est le Fils de Dieu. 1.35 Le lendemain encore, Jean se tint là, et deux de ses disciples ; 1.36 et regardant Jésus qui marchait, il dit : Voilà l'agneau de Dieu ! 1.37 Et les deux disciples l'entendirent parler, et ils suivirent Jésus. 1.38 Et Jésus se retournant, et voyant qu'ils le suivaient, leur dit : (1.39) Que cherchez-vous ? Et ils lui dirent : Rabbi (ce qui, interprété, signifie maître), où demeures-tu ? 1.39 (1.40) Il leur dit : Venez et voyez. Ils allèrent donc, et virent où il demeurait ; et ils demeurèrent auprès de lui ce jour-là : c'était environ la dixième heure. 1.40 (1.41) André, le frère de Simon Pierre, était l'un des deux qui avaient ouï parler [de lui] à Jean, et qui l'avaient suivi. 1.41 (1.42) Celui-ci trouve d'abord son propre frère Simon, et lui dit : Nous avons trouvé le Messie (ce qui, interprété, est Christ). 1.42 (1.43) Et il le mena à Jésus. Jésus, l'ayant regardé dit : Tu es Simon, le fils de Jonas ; tu seras appelé Céphas (qui est interprété Pierre). 1.43 (1.44) Le lendemain, il voulut s'en aller en Galilée. Et Jésus trouve Philippe, et lui dit : Suis-moi. 1.44 (1.45) Or Philippe était de Bethsaïda, de la ville d'André et de Pierre. 1.45 (1.46) Philippe trouve Nathanaël et lui dit : Nous avons trouvé celui duquel Moïse a écrit dans la loi et duquel les prophètes ont écrit, Jésus, le fils de Joseph, qui est de Nazareth. 1.46 (1.47) Et Nathanaël lui dit : Peut-il venir quelque chose de bon de Nazareth ? Philippe lui dit : Viens et vois. 1.47 (1.48) Jésus vit Nathanaël venir vers lui, et il dit de lui : Voici un vrai Israélite, en qui il n'y a pas de fraude. 1.48 (1.49) Nathanaël lui dit : D'où me connais-tu ? Jésus répondit et lui dit : Avant que Philippe t'eût appelé, quand tu étais sous le figuier, je te voyais. 1.49 (1.50) Nathanaël répondit et lui dit : Rabbi, tu es le Fils de Dieu ; tu es le roi d'Israël. 1.50 (1.51) Jésus répondit et lui dit : Parce que je t'ai dit que je te voyais sous le figuier, tu crois ? tu verras de plus grandes choses que celles-ci. 1.51 (1.52) Et il lui dit : En vérité, en vérité, je vous dis : Désormais vous verrez le ciel ouvert, et les anges de Dieu montant et descendant sur le fils de l'homme.
- Chapitre 2 -
2.1 -Trois jours après, il y eut des noces à Cana en Galilée. La mère de Jésus était là, 2.2 et Jésus fut aussi invité aux noces avec ses disciples. 2.3 Le vin ayant manqué, la mère de Jésus lui dit: Ils n'ont plus de vin. 2.4 Jésus lui répondit: Femme, qu'y a-t-il entre moi et toi? Mon heure n'est pas encore venue. 2.5 Sa mère dit aux serviteurs: Faites ce qu'il vous dira. 2.6 Or, il y avait là six vases de pierre, destinés aux purifications des Juifs, et contenant chacun deux ou trois mesures. 2.7 Jésus leur dit: Remplissez d'eau ces vases. Et ils les remplirent jusqu'au bord. 2.8 Puisez maintenant, leur dit-il, et portez-en à l'ordonnateur du repas. Et ils en portèrent. 2.9 Quand l'ordonnateur du repas eut goûté l'eau changée en vin, -ne sachant d'où venait ce vin, tandis que les serviteurs, qui avaient puisé l'eau, le savaient bien, -il appela l'époux, 2.10 et lui dit: Tout homme sert d'abord le bon vin, puis le moins bon après qu'on s'est enivré; toi, tu as gardé le bon vin jusqu'à présent. 2.11 Tel fut, à Cana en Galilée, le premier des miracles que fit Jésus. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui. 2.12 Après cela, il descendit à Capernaüm, avec sa mère, ses frères et ses disciples, et ils n'y demeurèrent que peu de jours. 2.13 La Pâque des Juifs était proche, et Jésus monta à Jérusalem. 2.14 Il trouva dans le temple les vendeurs de boeufs, de brebis et de pigeons, et les changeurs assis. 2.15 Ayant fait un fouet avec des cordes, il les chassa tous du temple, ainsi que les brebis et les boeufs; il dispersa la monnaie des changeurs, et renversa les tables; 2.16 et il dit aux vendeurs de pigeons: Ôtez cela d'ici, ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. 2.17 Ses disciples se souvinrent qu'il est écrit: Le zèle de ta maison me dévore. 2.18 Les Juifs, prenant la parole, lui dirent: Quel miracle nous montres-tu, pour agir de la sorte? 2.19 Jésus leur répondit: Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai. 2.20 Les Juifs dirent: Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce temple, et toi, en trois jours tu le relèveras! 2.21 Mais il parlait du temple de son corps. 2.22 C'est pourquoi, lorsqu'il fut ressuscité des morts, ses disciples se souvinrent qu'il avait dit cela, et ils crurent à l'Écriture et à la parole que Jésus avait dite. 2.23 Pendant que Jésus était à Jérusalem, à la fête de Pâque, plusieurs crurent en son nom, voyant les miracles qu'il faisait. 2.24 Mais Jésus ne se fiait point à eux, parce qu'il les connaissait tous, 2.25 et parce qu'il n'avait pas besoin qu'on lui rendît témoignage d'aucun homme; car il savait lui-même ce qui était dans l'homme.
- Chapitre 2 -
2.1 Et le troisième jour, il y eut une noce à Cana de Galilée, et la mère de Jésus était là. 2.2 Et Jésus fut aussi convié à la noce, ainsi que ses disciples. 2.3 Et le vin étant venu à manquer, la mère de Jésus lui dit : Ils n'ont pas de vin. 2.4 Jésus lui dit : Qu'y a-t-il entre moi et toi, femme ? Mon heure n'est pas encore venue. 2.5 Sa mère dit aux serviteurs : Faites tout ce qu'il vous dira. 2.6 Or il y avait là six vaisseaux de pierre, pour tenir de l'eau, placés là selon [l'usage de] la purification des Juifs, pouvant recevoir chacun deux ou trois mesures. 2.7 Jésus leur dit : Emplissez d'eau les vaisseaux. Et ils les emplirent jusqu'au haut. 2.8 Et il leur dit : Puisez maintenant, et portez-en au maître d'hôtel. Et ils lui en portèrent. 2.9 Mais lorsque le maître d'hôtel eut goûté l'eau qui était devenue du vin, et qu'il ne savait point d'où celui-ci venait (mais les serviteurs qui avaient puisé l'eau le savaient), le maître d'hôtel appelle l'époux, et lui dit : 2.10 Tout homme sert le bon vin le premier, et puis le moindre, après qu'on a bien bu ; toi, tu as gardé le bon vin jusqu'à maintenant. 2.11 Jésus fit ce commencement de [ses] miracles à Cana de Galilée, et il manifesta sa gloire ; et ses disciples crurent en lui. 2.12 Après cela, il descendit à Capernaüm, lui et sa mère et ses frères et ses disciples ; et ils y demeurèrent peu de jours. 2.13 Et la Pâque des Juifs était proche, et Jésus monta à Jérusalem. 2.14 Et il trouva dans le temple les vendeurs de boeufs et de brebis et de colombes, et les changeurs qui y étaient assis. 2.15 Et ayant fait un fouet de cordes, il les chassa tous hors du temple, et les brebis et les boeufs ; et il répandit la monnaie des changeurs et renversa les tables. 2.16 Et il dit à ceux qui vendaient les colombes : Ôtez ces choses d'ici ; ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. 2.17 [Et] ses disciples se souvinrent qu'il est écrit " Le zèle de ta maison me dévore ". 2.18 Les Juifs donc répondirent et lui dirent : Quel miracle nous montres-tu, que tu fasses ces choses ? 2.19 Jésus répondit et leur dit : Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai. 2.20 Les Juifs donc dirent : On a été quarante-six ans à bâtir ce temple, et toi, tu le relèveras en trois jours ! 2.21 Mais lui parlait du temple de son corps. 2.22 Lors donc qu'il fut ressuscité d'entre les morts, ses disciples se souvinrent qu'il avait dit cela ; et ils crurent à l'écriture, et à la parole que Jésus avait dite. 2.23 Et comme il était à Jérusalem, à la Pâque, pendant la fête, plusieurs crurent en son nom, contemplant les miracles qu'il faisait. 2.24 Mais Jésus lui-même ne se fiait pas à eux, parce qu'il connaissait tous [les hommes], 2.25 et qu'il n'avait pas besoin que quelqu'un rendît témoignage au sujet de l'homme ; car lui-même connaissait ce qui était dans l'homme.
- Chapitre 3 -
3.1 -Mais il y eut un homme d'entre les pharisiens, nommé Nicodème, un chef des Juifs, 3.2 qui vint, lui, auprès de Jésus, de nuit, et lui dit: Rabbi, nous savons que tu es un docteur venu de Dieu; car personne ne peut faire ces miracles que tu fais, si Dieu n'est avec lui. 3.3 Jésus lui répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. 3.4 Nicodème lui dit: Comment un homme peut-il naître quand il est vieux? Peut-il rentrer dans le sein de sa mère et naître? 3.5 Jésus répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d'eau et d'Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. 3.6 Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l'Esprit est Esprit. 3.7 Ne t'étonne pas que je t'aie dit: Il faut que vous naissiez de nouveau. 3.8 Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit; mais tu ne sais d'où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l'Esprit. 3.9 Nicodème lui dit: Comment cela peut-il se faire? 3.10 Jésus lui répondit: Tu es le docteur d'Israël, et tu ne sais pas ces choses! 3.11 En vérité, en vérité, je te le dis, nous disons ce que nous savons, et nous rendons témoignage de ce que nous avons vu; et vous ne recevez pas notre témoignage. 3.12 Si vous ne croyez pas quand je vous ai parlé des choses terrestres, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses célestes? 3.13 Personne n'est monté au ciel, si ce n'est celui qui est descendu du ciel, le Fils de l'homme qui est dans le ciel. 3.14 Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de l'homme soit élevé, 3.15 afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle. 3.16 Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle. 3.17 Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. 3.18 Celui qui croit en lui n'est point jugé; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. 3.19 Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises. 3.20 Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées; 3.21 mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, parce qu'elles sont faites en Dieu. 3.22 Après cela, Jésus, accompagné de ses disciples, se rendit dans la terre de Judée; et là il demeurait avec eux, et il baptisait. 3.23 Jean aussi baptisait à Énon, près de Salim, parce qu'il y avait là beaucoup d'eau; et on y venait pour être baptisé. 3.24 Car Jean n'avait pas encore été mis en prison. 3.25 Or, il s'éleva de la part des disciples de Jean une dispute avec un Juif touchant la purification. 3.26 Ils vinrent trouver Jean, et lui dirent: Rabbi, celui qui était avec toi au delà du Jourdain, et à qui tu as rendu témoignage, voici, il baptise, et tous vont à lui. 3.27 Jean répondit: Un homme ne peut recevoir que ce qui lui a été donné du ciel. 3.28 Vous-mêmes m'êtes témoins que j'ai dit: Je ne suis pas le Christ, mais j'ai été envoyé devant lui. 3.29 Celui à qui appartient l'épouse, c'est l'époux; mais l'ami de l'époux, qui se tient là et qui l'entend, éprouve une grande joie à cause de la voix de l'époux: aussi cette joie, qui est la mienne, est parfaite. 3.30 Il faut qu'il croisse, et que je diminue. 3.31 Celui qui vient d'en haut est au-dessus de tous; celui qui est de la terre est de la terre, et il parle comme étant de la terre. Celui qui vient du ciel est au-dessus de tous, 3.32 il rend témoignage de ce qu'il a vu et entendu, et personne ne reçoit son témoignage. 3.33 Celui qui a reçu son témoignage a certifié que Dieu est vrai; 3.34 car celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, parce que Dieu ne lui donne pas l'Esprit avec mesure. 3.35 Le Père aime le Fils, et il a remis toutes choses entre ses mains. 3.36 Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui.
- Chapitre 3 -
3.1 Mais il y avait un homme d'entre les pharisiens, dont le nom était Nicodème, qui était un chef des Juifs. 3.2 Celui-ci vint à lui de nuit, et lui dit : Rabbi, nous savons que tu es un docteur venu de Dieu ; car personne ne peut faire ces miracles que toi tu fais, si Dieu n'est avec lui. 3.3 Jésus répondit et lui dit : En vérité, en vérité, je te dis : Si quelqu'un n'est né de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. 3.4 Nicodème lui dit : Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il entrer une seconde fois dans le sein de sa mère et naître ? 3.5 Jésus répondit : En vérité, en vérité, je te dis : Si quelqu'un n'est né d'eau et de l'Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. 3.6 Ce qui est né de la chair est chair ; et ce qui est né de l'Esprit est esprit. 3.7 Ne t'étonne pas de ce que je t'ai dit : Il vous faut être nés de nouveau. 3.8 Le vent souffle où il veut, et tu en entends le son ; mais tu ne sais pas d'où il vient, ni où il va : il en est ainsi de tout homme qui est né de l'Esprit. 3.9 Nicodème répondit et lui dit : Comment ces choses peuvent-elles se faire ? 3.10 Jésus répondit et lui dit : Tu es le docteur d'Israël, et tu ne connais pas ces choses ? 3.11 En vérité, en vérité, je te dis : Nous disons ce que nous connaissons, et nous rendons témoignage de ce que nous avons vu, et vous ne recevez pas notre témoignage. 3.12 Si je vous ai parlé des choses terrestres, et que vous ne croyiez pas, comment croirez-vous, si je vous parle des choses célestes ? 3.13 Et personne n'est monté au ciel, sinon celui qui est descendu du ciel, le fils de l'homme qui est dans le ciel. 3.14 Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, ainsi il faut que le fils de l'homme soit élevé, 3.15 afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle. 3.16 Car Dieu a tant aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle. 3.17 Car Dieu n'a pas envoyé son Fils dans le monde afin qu'il jugeât le monde, mais afin que le monde fût sauvé par lui. 3.18 Celui qui croit en lui n'est pas jugé, mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. 3.19 Or c'est ici le jugement, que la lumière est venue dans le monde, et que les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière, car leurs oeuvres étaient mauvaises ; 3.20 car quiconque fait des choses mauvaises hait la lumière, et ne vient pas à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient reprises ; 3.21 mais celui qui pratique la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient manifestées, qu'elles sont faites en Dieu. 3.22 Après ces choses, Jésus vint dans le pays de Judée, et ses disciples [avec lui] ; et il séjourna là avec eux, et baptisait. 3.23 Et Jean aussi baptisait en Énon, près de Salim, parce qu'il y avait là beaucoup d'eau ; et on venait, et on était baptisé. 3.24 Car Jean n'avait pas encore été jeté en prison. 3.25 Il y eut donc une discussion entre quelques-uns des disciples de Jean et un Juif, touchant la purification. 3.26 Et ils vinrent à Jean, et lui dirent : Rabbi, celui qui était avec toi au delà du Jourdain, à qui tu as toi-même rendu témoignage, voilà, il baptise, et tous viennent à lui. 3.27 Jean répondit et dit : Un homme ne peut rien recevoir, à moins qu'il ne lui soit donné du ciel. 3.28 Vous-mêmes, vous me rendez témoignage que j'ai dit : Ce n'est pas moi qui suis le Christ, mais je suis envoyé devant lui. 3.29 Celui qui a l'épouse est l'époux ; mais l'ami de l'époux, qui assiste et l'entend, est tout réjoui à cause de la voix de l'époux ; cette joie donc, qui est la mienne, est accomplie. 3.30 Il faut que lui croisse, et que moi je diminue. 3.31 Celui qui vient d'en haut est au-dessus de tous. Celui qui est de la terre est de la terre, et parle [comme étant] de la terre. Celui qui vient du ciel est au-dessus de tous; 3.32 [et] de ce qu'il a vu et entendu, de cela il rend témoignage ; et personne ne reçoit son témoignage. 3.33 Celui qui a reçu son témoignage, a scellé que Dieu est vrai ; 3.34 car celui que Dieu a envoyé parle les paroles de Dieu, car Dieu ne donne pas l'Esprit par mesure. 3.35 Le Père aime le Fils, et a mis toutes choses entre ses mains. 3.36 Qui croit au Fils a la vie éternelle ; mais qui désobéit au Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui.
- Chapitre 4 -
4.1 -Le Seigneur sut que les pharisiens avaient appris qu'il faisait et baptisait plus de disciples que Jean. 4.2 Toutefois Jésus ne baptisait pas lui-même, mais c'étaient ses disciples. 4.3 Alors il quitta la Judée, et retourna en Galilée. 4.4 Comme il fallait qu'il passât par la Samarie, 4.5 il arriva dans une ville de Samarie, nommée Sychar, près du champ que Jacob avait donné à Joseph, son fils. 4.6 Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué du voyage, était assis au bord du puits. C'était environ la sixième heure. 4.7 Une femme de Samarie vint puiser de l'eau. Jésus lui dit: Donne-moi à boire. 4.8 Car ses disciples étaient allés à la ville pour acheter des vivres. 4.9 La femme samaritaine lui dit: Comment toi, qui es Juif, me demandes-tu à boire, à moi qui suis une femme samaritaine? -Les Juifs, en effet, n'ont pas de relations avec les Samaritains. - 4.10 Jésus lui répondit: Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit: Donne-moi à boire! tu lui aurais toi-même demandé à boire, et il t'aurait donné de l'eau vive. 4.11 Seigneur, lui dit la femme, tu n'as rien pour puiser, et le puits est profond; d'où aurais-tu donc cette eau vive? 4.12 Es-tu plus grand que notre père Jacob, qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, ainsi que ses fils et ses troupeaux? 4.13 Jésus lui répondit: Quiconque boit de cette eau aura encore soif; 4.14 mais celui qui boira de l'eau que je lui donnerai n'aura jamais soif, et l'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d'eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle. 4.15 La femme lui dit: Seigneur, donne-moi cette eau, afin que je n'aie plus soif, et que je ne vienne plus puiser ici. 4.16 Va, lui dit Jésus, appelle ton mari, et viens ici. 4.17 La femme répondit: Je n'ai point de mari. Jésus lui dit: Tu as eu raison de dire: Je n'ai point de mari. 4.18 Car tu as eu cinq maris, et celui que tu as maintenant n'est pas ton mari. En cela tu as dit vrai. 4.19 Seigneur, lui dit la femme, je vois que tu es prophète. 4.20 Nos pères ont adoré sur cette montagne; et vous dites, vous, que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem. 4.21 Femme, lui dit Jésus, crois-moi, l'heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père. 4.22 Vous adorez ce que vous ne connaissez pas; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. 4.23 Mais l'heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. 4.24 Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l'adorent l'adorent en esprit et en vérité. 4.25 La femme lui dit: Je sais que le Messie doit venir (celui qu'on appelle Christ); quand il sera venu, il nous annoncera toutes choses. 4.26 Jésus lui dit: Je le suis, moi qui te parle. 4.27 Là-dessus arrivèrent ses disciples, qui furent étonnés de ce qu'il parlait avec une femme. Toutefois aucun ne dit: Que demandes-tu? ou: De quoi parles-tu avec elle? 4.28 Alors la femme, ayant laissé sa cruche, s'en alla dans la ville, et dit aux gens: 4.29 Venez voir un homme qui m'a dit tout ce que j'ai fait; ne serait-ce point le Christ? 4.30 Ils sortirent de la ville, et ils vinrent vers lui. 4.31 Pendant ce temps, les disciples le pressaient de manger, disant: Rabbi, mange. 4.32 Mais il leur dit: J'ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas. 4.33 Les disciples se disaient donc les uns aux autres: Quelqu'un lui aurait-il apporté à manger? 4.34 Jésus leur dit: Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m'a envoyé, et d'accomplir son oeuvre. 4.35 Ne dites-vous pas qu'il y a encore quatre mois jusqu'à la moisson? Voici, je vous le dis, levez les yeux, et regardez les champs qui déjà blanchissent pour la moisson. 4.36 Celui qui moissonne reçoit un salaire, et amasse des fruits pour la vie éternelle, afin que celui qui sème et celui qui moissonne se réjouissent ensemble. 4.37 Car en ceci ce qu'on dit est vrai: Autre est celui qui sème, et autre celui qui moissonne. 4.38 Je vous ai envoyés moissonner ce que vous n'avez pas travaillé; d'autres ont travaillé, et vous êtes entrés dans leur travail. 4.39 Plusieurs Samaritains de cette ville crurent en Jésus à cause de cette déclaration formelle de la femme: Il m'a dit tout ce que j'ai fait. 4.40 Aussi, quand les Samaritains vinrent le trouver, ils le prièrent de rester auprès d'eux. Et il resta là deux jours. 4.41 Un beaucoup plus grand nombre crurent à cause de sa parole; 4.42 et ils disaient à la femme: Ce n'est plus à cause de ce que tu as dit que nous croyons; car nous l'avons entendu nous-mêmes, et nous savons qu'il est vraiment le Sauveur du monde. 4.43 Après ces deux jours, Jésus partit de là, pour se rendre en Galilée; 4.44 car il avait déclaré lui-même qu'un prophète n'est pas honoré dans sa propre patrie. 4.45 Lorsqu'il arriva en Galilée, il fut bien reçu des Galiléens, qui avaient vu tout ce qu'il avait fait à Jérusalem pendant la fête; car eux aussi étaient allés à la fête. 4.46 Il retourna donc à Cana en Galilée, où il avait changé l'eau en vin. Il y avait à Capernaüm un officier du roi, dont le fils était malade. 4.47 Ayant appris que Jésus était venu de Judée en Galilée, il alla vers lui, et le pria de descendre et de guérir son fils, qui était près de mourir. 4.48 Jésus lui dit: Si vous ne voyez des miracles et des prodiges, vous ne croyez point. 4.49 L'officier du roi lui dit: Seigneur, descends avant que mon enfant meure. 4.50 Va, lui dit Jésus, ton fils vit. Et cet homme crut à la parole que Jésus lui avait dite, et il s'en alla. 4.51 Comme déjà il descendait, ses serviteurs venant à sa rencontre, lui apportèrent cette nouvelle: Ton enfant vit. 4.52 Il leur demanda à quelle heure il s'était trouvé mieux; et ils lui dirent: Hier, à la septième heure, la fièvre l'a quitté. 4.53 Le père reconnut que c'était à cette heure-là que Jésus lui avait dit: Ton fils vit. Et il crut, lui et toute sa maison. 4.54 Jésus fit encore ce second miracle lorsqu'il fut venu de Judée en Galilée.
- Chapitre 4 -
4.1 Quand donc le Seigneur connut que les pharisiens avaient entendu dire : Jésus fait et baptise plus de disciples que Jean 4.2 (toutefois Jésus lui-même ne baptisait pas, mais ses disciples), 4.3 il quitta la Judée, et s'en alla encore en Galilée. 4.4 Et il fallait qu'il traversât la Samarie. 4.5 Il vient donc à une ville de la Samarie, nommée Sichar, près de la terre que Jacob donna à Joseph son fils. 4.6 Et il y avait là une fontaine de Jacob. Jésus donc, étant lassé du chemin, se tenait là assis sur la fontaine ; c'était environ la sixième heure. 4.7 Une femme de la Samarie vient pour puiser de l'eau. 4.8 Jésus lui dit : Donne-moi à boire (car ses disciples s'en étaient allés à la ville pour acheter des vivres). 4.9 La femme samaritaine lui dit donc : Comment toi qui es Juif, me demandes-tu à boire à moi qui suis une femme samaritaine ? (Car les Juifs n'ont point de relations avec les Samaritains.) 4.10 Jésus répondit et lui dit : Si tu connaissais le don de Dieu, et qui est celui qui te dit : Donne-moi à boire, toi, tu lui eusses demandé, et il t'eût donné de l'eau vive. 4.11 La femme lui dit : Seigneur, tu n'as rien pour puiser, et le puits est profond ; d'où as-tu donc cette eau vive ? 4.12 Es-tu plus grand que notre père Jacob qui nous a donné le puits ; et lui-même en a bu, et ses fils, et son bétail ? 4.13 Jésus répondit et lui dit : Quiconque boit de cette eau-ci aura de nouveau soif ; 4.14 mais celui qui boira de l'eau que je lui donnerai, moi, n'aura plus soif à jamais ; mais l'eau que je lui donnerai, sera en lui une fontaine d'eau jaillissant en vie éternelle. 4.15 La femme lui dit : Seigneur, donne-moi cette eau, afin que je n'aie pas soif et que je ne vienne pas ici pour puiser. 4.16 Jésus lui dit : Va, appelle ton mari, et viens ici. 4.17 La femme répondit et dit : Je n'ai pas de mari. Jésus lui dit : Tu as bien dit : Je n'ai pas de mari ; 4.18 car tu as eu cinq maris, et celui que tu as maintenant n'est pas ton mari ; en cela tu as dit vrai. 4.19 La femme lui dit : Seigneur, je vois que tu es un prophète. 4.20 Nos pères ont adoré sur cette montagne-ci, et vous, vous dites qu'à Jérusalem est le lieu où il faut adorer. 4.21 Jésus lui dit : Femme, crois-moi : l'heure vient que vous n'adorerez le Père, ni sur cette montagne, ni à Jérusalem. 4.22 Vous, vous adorez, vous ne savez quoi; nous, nous savons ce que nous adorons; 4.23 car le salut vient des Juifs. Mais l'heure vient, et elle est maintenant, que les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car aussi le Père en cherche de tels qui l'adorent. 4.24 Dieu est esprit, et il faut que ceux qui l'adorent, l'adorent en esprit et en vérité. 4.25 La femme lui dit : Je sais que le Messie qui est appelé le Christ, vient ; quand celui-là sera venu, il nous fera connaître toutes choses. 4.26 Jésus lui dit : Je le suis, moi qui te parle. 4.27 Et là-dessus ses disciples vinrent ; et ils s'étonnaient de ce qu'il parlait avec une femme ; toutefois nul ne dit : Que lui demandes-tu ? ou, de quoi parles-tu avec elle ? 4.28 La femme donc laissa sa cruche et s'en alla à la ville, et dit aux hommes : 4.29 Venez, voyez un homme qui m'a dit tout ce que j'ai fait ; celui-ci n'est-il point le Christ ? 4.30 Ils sortirent de la ville, et ils venaient vers lui. 4.31 Mais pendant ce temps, les disciples le priaient, disant : Rabbi, mange. 4.32 Mais il leur dit : Moi, j'ai de la viande à manger que vous, vous ne connaissez pas. 4.33 Les disciples donc dirent entre eux : Quelqu'un lui aurait-il apporté à manger ? 4.34 Jésus leur dit : Ma viande est de faire la volonté de celui qui m'a envoyé, et d'accomplir son oeuvre. 4.35 Ne dites vous pas, vous : Il y a encore quatre mois, et la moisson vient ? Voici, je vous dis : Levez vos yeux et regardez les campagnes ; car elles sont déjà blanches pour la moisson. 4.36 Celui qui moissonne reçoit un salaire et assemble du fruit en vie éternelle ; afin que, et celui qui sème et celui qui moissonne, se réjouissent ensemble. 4.37 Car en ceci est [vérifiée] la vraie parole : L'un sème, et un autre moissonne. 4.38 Moi, je vous ai envoyés moissonner ce à quoi vous n'avez pas travaillé ; d'autres ont travaillé, et vous, vous êtes entrés dans leur travail. 4.39 Or plusieurs des Samaritains de cette ville-là crurent en lui, à cause de la parole de la femme qui avait rendu témoignage : Il m'a dit tout ce que j'ai fait. 4.40 Quand donc les Samaritains furent venus vers lui, ils le priaient de demeurer avec eux ; et il demeura là deux jours. 4.41 Et beaucoup plus de gens crurent à cause de sa parole ; 4.42 et ils disaient à la femme : Ce n'est plus à cause de ton dire que nous croyons ; car nous-mêmes nous [l']avons entendu, et nous connaissons que celui-ci est véritablement le Sauveur du monde. 4.43 Or, après les deux jours, il partit de là, et s'en alla en Galilée ; 4.44 car Jésus lui-même rendait témoignage qu'un prophète n'est pas honoré dans son propre pays. 4.45 Quand donc il fut venu en Galilée, les Galiléens le reçurent, ayant vu toutes les choses qu'il avait faites à Jérusalem pendant la fête ; car eux aussi allaient à la fête. 4.46 Il vint donc encore à Cana de Galilée, où il avait, de l'eau, fait du vin. Et il y avait à Capernaüm un seigneur de la cour, duquel le fils était malade ; 4.47 celui-ci, ayant ouï dire que Jésus était venu de la Judée en Galilée, s'en alla vers lui, et le pria de descendre et de guérir son fils ; car il allait mourir. 4.48 Jésus donc lui dit : Si vous ne voyez des signes et des prodiges, vous ne croirez point. 4.49 Le seigneur de la cour lui dit : Seigneur, descends avant que mon enfant meure. 4.50 Jésus lui dit : Va, ton fils vit. Et l'homme crut la parole que Jésus lui avait dite, et s'en alla. 4.51 Et, déjà comme il descendait, ses esclaves vinrent au-devant de lui, et lui rapportèrent que son fils vivait. 4.52 Alors il s'enquit d'eux à quelle heure il s'était trouvé mieux ; et ils lui dirent : Hier, à la septième heure, la fièvre l'a quitté. 4.53 Le père donc connut que c'était à cette heure-là à laquelle Jésus lui avait dit : Ton fils vit. Et il crut, lui et toute sa maison. 4.54 Jésus fit encore ce second miracle, quand il fut venu de Judée en Galilée.
- Chapitre 5 -
5.1 -Après cela, il y eut une fête des Juifs, et Jésus monta à Jérusalem. 5.2 Or, à Jérusalem, près de la porte des brebis, il y a une piscine qui s'appelle en hébreu Béthesda, et qui a cinq portiques. 5.3 Sous ces portiques étaient couchés en grand nombre des malades, des aveugles, des boiteux, des paralytiques, qui attendaient le mouvement de l'eau; 5.4 car un ange descendait de temps en temps dans la piscine, et agitait l'eau; et celui qui y descendait le premier après que l'eau avait été agitée était guéri, quelle que fût sa maladie. 5.5 Là se trouvait un homme malade depuis trente-huit ans. 5.6 Jésus, l'ayant vu couché, et sachant qu'il était malade depuis longtemps, lui dit: Veux-tu être guéri? 5.7 Le malade lui répondit: Seigneur, je n'ai personne pour me jeter dans la piscine quand l'eau est agitée, et, pendant que j'y vais, un autre descend avant moi. 5.8 Lève-toi, lui dit Jésus, prends ton lit, et marche. 5.9 Aussitôt cet homme fut guéri; il prit son lit, et marcha. 5.10 C'était un jour de sabbat. Les Juifs dirent donc à celui qui avait été guéri: C'est le sabbat; il ne t'est pas permis d'emporter ton lit. 5.11 Il leur répondit: Celui qui m'a guéri m'a dit: Prends ton lit, et marche. 5.12 Ils lui demandèrent: Qui est l'homme qui t'a dit: Prends ton lit, et marche? 5.13 Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui c'était; car Jésus avait disparu de la foule qui était en ce lieu. 5.14 Depuis, Jésus le trouva dans le temple, et lui dit: Voici, tu as été guéri; ne pèche plus, de peur qu'il ne t'arrive quelque chose de pire. 5.15 Cet homme s'en alla, et annonça aux Juifs que c'était Jésus qui l'avait guéri. 5.16 C'est pourquoi les Juifs poursuivaient Jésus, parce qu'il faisait ces choses le jour du sabbat. 5.17 Mais Jésus leur répondit: Mon Père agit jusqu'à présent; moi aussi, j'agis. 5.18 À cause de cela, les Juifs cherchaient encore plus à le faire mourir, non seulement parce qu'il violait le sabbat, mais parce qu'il appelait Dieu son propre Père, se faisant lui-même égal à Dieu. 5.19 Jésus reprit donc la parole, et leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu'il voit faire au Père; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. 5.20 Car le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu'il fait; et il lui montrera des oeuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez dans l'étonnement. 5.21 Car, comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, ainsi le Fils donne la vie à qui il veut. 5.22 Le Père ne juge personne, mais il a remis tout jugement au Fils, 5.23 afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n'honore pas le Fils n'honore pas le Père qui l'a envoyé. 5.24 En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m'a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. 5.25 En vérité, en vérité, je vous le dis, l'heure vient, et elle est déjà venue, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu; et ceux qui l'auront entendue vivront. 5.26 Car, comme le Père a la vie en lui-même, ainsi il a donné au Fils d'avoir la vie en lui-même. 5.27 Et il lui a donné le pouvoir de juger, parce qu'il est Fils de l'homme. 5.28 Ne vous étonnez pas de cela; car l'heure vient où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix, et en sortiront. 5.29 Ceux qui auront fait le bien ressusciteront pour la vie, mais ceux qui auront fait le mal ressusciteront pour le jugement. 5.30 Je ne puis rien faire de moi-même: selon que j'entends, je juge; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé. 5.31 Si c'est moi qui rends témoignage de moi-même, mon témoignage n'est pas vrai. 5.32 Il y en a un autre qui rend témoignage de moi, et je sais que le témoignage qu'il rend de moi est vrai. 5.33 Vous avez envoyé vers Jean, et il a rendu témoignage à la vérité. 5.34 Pour moi ce n'est pas d'un homme que je reçois le témoignage; mais je dis ceci, afin que vous soyez sauvés. 5.35 Jean était la lampe qui brûle et qui luit, et vous avez voulu vous réjouir une heure à sa lumière. 5.36 Moi, j'ai un témoignage plus grand que celui de Jean; car les oeuvres que le Père m'a donné d'accomplir, ces oeuvres mêmes que je fais, témoignent de moi que c'est le Père qui m'a envoyé. 5.37 Et le Père qui m'a envoyé a rendu lui-même témoignage de moi. Vous n'avez jamais entendu sa voix, vous n'avez point vu sa face, 5.38 et sa parole ne demeure point en vous, parce que vous ne croyez pas à celui qu'il a envoyé. 5.39 Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle: ce sont elles qui rendent témoignage de moi. 5.40 Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie! 5.41 Je ne tire pas ma gloire des hommes. 5.42 Mais je sais que vous n'avez point en vous l'amour de Dieu. 5.43 Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas; si un autre vient en son propre nom, vous le recevrez. 5.44 Comment pouvez-vous croire, vous qui tirez votre gloire les uns des autres, et qui ne cherchez point la gloire qui vient de Dieu seul? 5.45 Ne pensez pas que moi je vous accuserai devant le Père; celui qui vous accuse, c'est Moïse, en qui vous avez mis votre espérance. 5.46 Car si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, parce qu'il a écrit de moi. 5.47 Mais si vous ne croyez pas à ses écrits, comment croirez-vous à mes paroles?
- Chapitre 5 -
5.1 Après ces choses, il y avait une fête des Juifs, et Jésus monta à Jérusalem. 5.2 Or il y a à Jérusalem, près de la porte des brebis, un réservoir d'eau, appelé en hébreu Béthesda, ayant cinq portiques, 5.3 dans lesquels étaient couchés une multitude d'infirmes, d'aveugles, de boiteux et de gens qui avaient les membres secs, [attendant le mouvement de l'eau. 5.4 Car à de certaines saisons un ange descendait dans le réservoir et agitait l'eau ; le premier donc qui entrait après que l'eau avait été agitée, était guéri, de quelque maladie qu'il fût pris]. 5.5 Or il y avait là un homme infirme depuis trente-huit ans. 5.6 Jésus, le voyant couché là, et sachant qu'il était dans cet état déjà depuis longtemps, lui dit : Veux-tu être guéri ? 5.7 Le malade lui répondit : Seigneur, je n'ai personne qui, lorsque l'eau a été agitée, me jette dans le réservoir ; et, pendant que moi je viens, un autre descend avant moi. 5.8 Jésus lui dit : Lève-toi, prends ton petit lit, et marche. 5.9 Et aussitôt l'homme fut guéri, et il prit son petit lit, et marcha. Or c'était sabbat ce jour-là. 5.10 Les Juifs donc dirent à celui qui avait été guéri : C'est [un jour de] sabbat ; il ne t'est pas permis de prendre ton petit lit. 5.11 Il leur répondit : Celui qui m'a guéri, celui-là m'a dit : Prends ton petit lit, et marche. 5.12 Ils lui demandèrent donc : Qui est l'homme qui t'a dit : Prends ton petit lit, et marche ? 5.13 Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui c'était ; car Jésus s'était retiré de là, une foule se trouvant dans ce lieu. 5.14 Après ces choses, Jésus le trouva dans le temple, et lui dit : Voici, tu es guéri ; ne pèche plus, de peur que pis ne t'arrive. 5.15 L'homme s'en alla et annonça aux Juifs que c'était Jésus qui l'avait guéri. 5.16 Et à cause de cela les Juifs persécutaient Jésus [et cherchaient à le faire mourir], parce qu'il avait fait ces choses en un jour de sabbat. 5.17 Mais Jésus leur répondit : Mon Père travaille jusqu'à maintenant, et moi je travaille. 5.18 A cause de cela donc les Juifs cherchaient d'autant plus à le faire mourir, parce que non seulement il violait le sabbat, mais aussi parce qu'il disait que Dieu était son propre Père, se faisant égal à Dieu. 5.19 Jésus donc répondit et leur dit : En vérité, en vérité, je vous dis : Le Fils ne peut rien faire de lui-même, à moins qu'il ne voie faire une chose au Père, car quelque chose que celui-ci fasse, cela, le Fils aussi de même le fait. 5.20 Car le Père aime le Fils, et lui montre toutes les choses qu'il fait lui-même, et il lui montrera des oeuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez dans l'admiration. 5.21 Car comme le Père réveille les morts et les vivifie, de même aussi le Fils vivifie ceux qu'il veut ; 5.22 car aussi le Père ne juge personne, mais il a donné tout le jugement au Fils ; 5.23 afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n'honore pas le Fils, n'honore pas le Père qui l'a envoyé. 5.24 En vérité, en vérité, je vous dis que celui qui entend ma parole, et qui croit celui qui m'a envoyé, a la vie éternelle et ne vient pas en jugement ; mais il est passé de la mort à la vie. 5.25 En vérité, en vérité, je vous dis que l'heure vient, et elle est maintenant, que les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l'auront entendue vivront. 5.26 Car comme le Père a la vie en lui-même, ainsi il a donné au Fils aussi d'avoir la vie en lui-même ; 5.27 et il lui a donné autorité de juger aussi, parce qu'il est fils de l'homme. 5.28 Ne vous étonnez pas de cela ; car l'heure vient en laquelle tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix ; 5.29 et ils sortiront, ceux qui auront pratiqué le bien, en résurrection de vie ; et ceux qui auront fait le mal, en résurrection de jugement. 5.30 Je ne puis rien faire, moi, de moi-même ; je juge selon ce que j'entends, et mon jugement est juste ; car je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé. 5.31 Si moi je rends témoignage de moi-même, mon témoignage n'est pas vrai. 5.32 C'est un autre qui rend témoignage de moi ; et je sais que le témoignage qu'il rend de moi est vrai. 5.33 Vous, vous avez envoyé auprès de Jean, et il a rendu témoignage à la vérité ; 5.34 mais moi, je ne reçois pas témoignage de l'homme, mais je dis ces choses afin que vous, vous soyez sauvés. 5.35 Celui-là était la lampe ardente et brillante ; et vous, vous avez voulu vous réjouir pour un temps à sa lumière ; 5.36 mais moi, j'ai un témoignage plus grand que celui de Jean ; car les oeuvres que le Père m'a données pour les accomplir, ces oeuvres mêmes que je fais rendent témoignage de moi, que le Père m'a envoyé. 5.37 Et le Père qui m'a envoyé, lui, a rendu témoignage de moi. Jamais vous n'avez entendu sa voix, ni vu sa figure; 5.38 et vous n'avez pas sa parole demeurant en vous ; car celui-là que lui a envoyé, vous, vous ne le croyez pas. 5.39 Sondez les écritures, car vous, vous estimez avoir en elles la vie éternelle, et ce sont elles qui rendent témoignage de moi : 5.40 - et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie. 5.41 Je ne reçois pas de gloire des hommes ; 5.42 mais je vous connais, [et je sais] que vous n'avez pas l'amour de Dieu en vous. 5.43 Moi, je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; si un autre vient en son propre nom, celui-là vous le recevrez. 5.44 Comment pouvez-vous croire, vous qui recevez de la gloire l'un de l'autre et qui ne cherchez pas la gloire qui [vient] de Dieu seul ? 5.45 Ne pensez pas que moi, je vous accuserai devant le Père ; il y en a un qui vous accuse, Moïse en qui vous espérez. 5.46 Car si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi ; car lui a écrit de moi. 5.47 Mais si vous ne croyez pas ses écrits, comment croirez-vous mes paroles ?
- Chapitre 6 -
6.1 -Après cela, Jésus s'en alla de l'autre côté de la mer de Galilée, de Tibériade. 6.2 Une grande foule le suivait, parce qu'elle voyait les miracles qu'il opérait sur les malades. 6.3 Jésus monta sur la montagne, et là il s'assit avec ses disciples. 6.4 Or, la Pâque était proche, la fête des Juifs. 6.5 Ayant levé les yeux, et voyant qu'une grande foule venait à lui, Jésus dit à Philippe: Où achèterons-nous des pains, pour que ces gens aient à manger? 6.6 Il disait cela pour l'éprouver, car il savait ce qu'il allait faire. 6.7 Philippe lui répondit: Les pains qu'on aurait pour deux cents deniers ne suffiraient pas pour que chacun en reçût un peu. 6.8 Un de ses disciples, André, frère de Simon Pierre, lui dit: 6.9 Il y a ici un jeune garçon qui a cinq pains d'orge et deux poissons; mais qu'est-ce que cela pour tant de gens? 6.10 Jésus dit: Faites-les asseoir. Il y avait dans ce lieu beaucoup d'herbe. Ils s'assirent donc, au nombre d'environ cinq mille hommes. 6.11 Jésus prit les pains, rendit grâces, et les distribua à ceux qui étaient assis; il leur donna de même des poissons, autant qu'ils en voulurent. 6.12 Lorsqu'ils furent rassasiés, il dit à ses disciples: Ramassez les morceaux qui restent, afin que rien ne se perde. 6.13 Ils les ramassèrent donc, et ils remplirent douze paniers avec les morceaux qui restèrent des cinq pains d'orge, après que tous eurent mangé. 6.14 Ces gens, ayant vu le miracle que Jésus avait fait, disaient: Celui-ci est vraiment le prophète qui doit venir dans le monde. 6.15 Et Jésus, sachant qu'ils allaient venir l'enlever pour le faire roi, se retira de nouveau sur la montagne, lui seul. 6.16 Quand le soir fut venu, ses disciples descendirent au bord de la mer. 6.17 Étant montés dans une barque, ils traversaient la mer pour se rendre à Capernaüm. Il faisait déjà nuit, et Jésus ne les avait pas encore rejoints. 6.18 Il soufflait un grand vent, et la mer était agitée. 6.19 Après avoir ramé environ vingt-cinq ou trente stades, ils virent Jésus marchant sur la mer et s'approchant de la barque. Et ils eurent peur. 6.20 Mais Jésus leur dit: C'est moi; n'ayez pas peur! 6.21 Ils voulaient donc le prendre dans la barque, et aussitôt la barque aborda au lieu où ils allaient. 6.22 La foule qui était restée de l'autre côté de la mer avait remarqué qu'il ne se trouvait là qu'une seule barque, et que Jésus n'était pas monté dans cette barque avec ses disciples, mais qu'ils étaient partis seuls. 6.23 Le lendemain, comme d'autres barques étaient arrivées de Tibériade près du lieu où ils avaient mangé le pain après que le Seigneur eut rendu grâces, 6.24 les gens de la foule, ayant vu que ni Jésus ni ses disciples n'étaient là, montèrent eux-mêmes dans ces barques et allèrent à Capernaüm à la recherche de Jésus. 6.25 Et l'ayant trouvé au delà de la mer, ils lui dirent: Rabbi, quand es-tu venu ici? 6.26 Jésus leur répondit: En vérité, en vérité, je vous le dis, vous me cherchez, non parce que vous avez vu des miracles, mais parce que vous avez mangé des pains et que vous avez été rassasiés. 6.27 Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste pour la vie éternelle, et que le Fils de l'homme vous donnera; car c'est lui que le Père, que Dieu a marqué de son sceau. 6.28 Ils lui dirent: Que devons-nous faire, pour faire les oeuvres de Dieu? 6.29 Jésus leur répondit: L'oeuvre de Dieu, c'est que vous croyiez en celui qu'il a envoyé. 6.30 Quel miracle fais-tu donc, lui dirent-ils, afin que nous le voyions, et que nous croyions en toi? Que fais-tu? 6.31 Nos pères ont mangé la manne dans le désert, selon ce qui est écrit: Il leur donna le pain du ciel à manger. 6.32 Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, Moïse ne vous a pas donné le pain du ciel, mais mon Père vous donne le vrai pain du ciel; 6.33 car le pain de Dieu, c'est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. 6.34 Ils lui dirent: Seigneur, donne-nous toujours ce pain. 6.35 Jésus leur dit: Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n'aura jamais faim, et celui qui croit en moi n'aura jamais soif. 6.36 Mais, je vous l'ai dit, vous m'avez vu, et vous ne croyez point. 6.37 Tous ceux que le Père me donne viendront à moi, et je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi; 6.38 car je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé. 6.39 Or, la volonté de celui qui m'a envoyé, c'est que je ne perde rien de tout ce qu'il m'a donné, mais que je le ressuscite au dernier jour. 6.40 La volonté de mon Père, c'est que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour. 6.41 Les Juifs murmuraient à son sujet, parce qu'il avait dit: Je suis le pain qui est descendu du ciel. 6.42 Et ils disaient: N'est-ce pas là Jésus, le fils de Joseph, celui dont nous connaissons le père et la mère? Comment donc dit-il: Je suis descendu du ciel? 6.43 Jésus leur répondit: Ne murmurez pas entre vous. 6.44 Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m'a envoyé ne l'attire; et je le ressusciterai au dernier jour. 6.45 Il est écrit dans les prophètes: Ils seront tous enseignés de Dieu. Ainsi quiconque a entendu le Père et a reçu son enseignement vient à moi. 6.46 C'est que nul n'a vu le Père, sinon celui qui vient de Dieu; celui-là a vu le Père. 6.47 En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi a la vie éternelle. 6.48 Je suis le pain de vie. 6.49 Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et ils sont morts. 6.50 C'est ici le pain qui descend du ciel, afin que celui qui en mange ne meure point. 6.51 Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement; et le pain que je donnerai, c'est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde. 6.52 Là-dessus, les Juifs disputaient entre eux, disant: Comment peut-il nous donner sa chair à manger? 6.53 Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez son sang, vous n'avez point la vie en vous-mêmes. 6.54 Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour. 6.55 Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage. 6.56 Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui. 6.57 Comme le Père qui est vivant m'a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi. 6.58 C'est ici le pain qui est descendu du ciel. Il n'en est pas comme de vos pères qui ont mangé la manne et qui sont morts: celui qui mange ce pain vivra éternellement. 6.59 Jésus dit ces choses dans la synagogue, enseignant à Capernaüm. 6.60 Plusieurs de ses disciples, après l'avoir entendu, dirent: Cette parole est dure; qui peut l'écouter? 6.61 Jésus, sachant en lui-même que ses disciples murmuraient à ce sujet, leur dit: Cela vous scandalise-t-il? 6.62 Et si vous voyez le Fils de l'homme monter où il était auparavant?... 6.63 C'est l'esprit qui vivifie; la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie. 6.64 Mais il en est parmi vous quelques-uns qui ne croient point. Car Jésus savait dès le commencement qui étaient ceux qui ne croyaient point, et qui était celui qui le livrerait. 6.65 Et il ajouta: C'est pourquoi je vous ai dit que nul ne peut venir à moi, si cela ne lui a été donné par le Père. 6.66 Dès ce moment, plusieurs de ses disciples se retirèrent, et ils n'allaient plus avec lui. 6.67 Jésus donc dit aux douze: Et vous, ne voulez-vous pas aussi vous en aller? 6.68 Simon Pierre lui répondit: Seigneur, à qui irions-nous? Tu as les paroles de la vie éternelle. 6.69 Et nous avons cru et nous avons connu que tu es le Christ, le Saint de Dieu. 6.70 Jésus leur répondit: N'est-ce pas moi qui vous ai choisis, vous les douze? Et l'un de vous est un démon! 6.71 Il parlait de Judas Iscariot, fils de Simon; car c'était lui qui devait le livrer, lui, l'un des douze.
- Chapitre 6 -
6.1 Après ces choses Jésus s'en alla de l'autre côté de la mer de Galilée, [qui est la mer] de Tibérias. 6.2 Et une grande foule le suivit, parce qu'ils voyaient les miracles qu'il faisait sur ceux qui étaient malades. 6.3 Et Jésus monta sur la montagne, et s'assit là avec ses disciples. 6.4 Or la Pâque, la fête des Juifs, était proche. 6.5 Jésus donc, ayant levé les yeux, et voyant qu'une grande foule venait à lui, dit à Philippe : D'où achèterons-nous des pains, afin que ceux-ci mangent ? 6.6 Mais il disait cela pour l'éprouver, car lui savait ce qu'il allait faire. 6.7 Philippe lui répondit : Pour deux cents deniers de pain ne leur suffirait pas, pour que chacun en reçût quelque peu. 6.8 L'un de ses disciples, André, le frère de Simon Pierre, lui dit : 6.9 Il y a ici un petit garçon qui a cinq pains d'orge et deux poissons ; mais qu'est-ce que cela pour tant de monde ? 6.10 Et Jésus dit : Faites asseoir les gens (or il y avait beaucoup d'herbe en ce lieu-là). Les hommes donc s'assirent, au nombre d'environ cinq mille. 6.11 Et Jésus prit les pains ; et ayant rendu grâces, il les distribua à ceux qui étaient assis ; de même aussi des poissons, autant qu'ils en voulaient. 6.12 Et après qu'ils furent rassasiés, il dit à ses disciples : Amassez les morceaux qui sont de reste, afin que rien ne soit perdu. 6.13 Ils les amassèrent donc et remplirent douze paniers des morceaux qui étaient de reste des cinq pains d'orge, lorsqu'ils eurent mangé. 6.14 Les hommes donc, ayant vu le miracle que Jésus avait fait, disaient : Celui-ci est véritablement le prophète qui vient dans le monde. 6.15 Jésus donc, sachant qu'ils allaient venir et l'enlever afin de le faire roi, se retira encore sur la montagne, lui tout seul. 6.16 Et quand le soir fut venu, ses disciples descendirent à la mer. 6.17 Et étant montés sur une nacelle, ils allèrent de l'autre côté de la mer, à Capernaüm. Et il faisait déjà nuit, et Jésus n'était pas venu à eux. 6.18 Et la mer s'élevait par un grand vent qui soufflait. 6.19 Ayant donc ramé environ vingt-cinq ou trente stades, ils voient Jésus marchant sur la mer et s'approchant de la nacelle ; et ils furent saisis de peur. 6.20 Mais il leur dit : C'est moi, n'ayez point de peur. 6.21 Ils étaient donc tout disposés à le recevoir dans la nacelle ; et aussitôt la nacelle prit terre au lieu où ils allaient. 6.22 Le lendemain, la foule qui était de l'autre côté de la mer, voyant qu'il n'y avait point là d'autre petite nacelle que celle-là sur laquelle ses disciples étaient montés, et que Jésus n'était pas entré avec ses disciples dans la nacelle, mais que ses disciples s'en étaient allés seuls 6.23 (mais d'autres petites nacelles étaient venues de Tibérias, près du lieu où ils avaient mangé le pain, après que le Seigneur eut rendu grâces) ; 6.24 - lors donc que la foule vit que Jésus n'était point là, ni ses disciples, ils montèrent eux-mêmes sur les nacelles, et vinrent à Capernaüm, cherchant Jésus. 6.25 Et l'ayant trouvé de l'autre côté de la mer, ils lui dirent : Rabbi, quand es-tu venu ici ? 6.26 Jésus leur répondit et dit : En vérité, en vérité, je vous dis : Vous me cherchez, non parce que vous avez vu des miracles, mais parce que vous avez mangé des pains et que vous avez été rassasiés. 6.27 Travaillez, non point pour la viande qui périt, mais pour la viande qui demeure jusque dans la vie éternelle, laquelle le fils de l'homme vous donnera ; car c'est lui que le Père, Dieu, a scellé. 6.28 Ils lui dirent donc : Que ferons-nous pour faire les oeuvres de Dieu ? 6.29 Jésus répondit et leur dit : C'est ici l'oeuvre de Dieu, que vous croyiez en celui qu'il a envoyé. 6.30 Ils lui dirent donc : Quel miracle fais-tu donc, toi, afin que nous le voyions, et que nous te croyions ? Quelle oeuvre fais-tu ? 6.31 Nos pères ont mangé la manne au désert, ainsi qu'il est écrit : " Il leur a donné à manger du pain venant du ciel ". 6.32 Jésus donc leur dit : En vérité, en vérité, je vous dis : Moïse ne vous a pas donné le pain qui vient du ciel, mais mon Père vous donne le véritable pain qui vient du ciel. 6.33 Car le pain de Dieu est celui qui descend du ciel, et qui donne la vie au monde. 6.34 Ils lui dirent donc : Seigneur, donne-nous toujours ce pain-là. 6.35 Et Jésus leur dit : Moi, je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n'aura jamais faim ; et celui qui croit en moi n'aura jamais soif. 6.36 Mais je vous ai dit qu'aussi vous m'avez vu, et vous ne croyez pas. 6.37 Tout ce que le Père me donne viendra à moi ; et je ne mettrai point dehors celui qui vient à moi ; 6.38 car je suis descendu du ciel, non pour faire ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé. 6.39 Or c'est ici la volonté de celui qui m'a envoyé : que je ne perde rien de tout ce qu'il m'a donné, mais que je le ressuscite au dernier jour. 6.40 Car c'est ici la volonté de mon Père : que quiconque discerne le Fils et croit en lui, ait la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. 6.41 Les Juifs donc murmuraient contre lui, parce qu'il avait dit : Moi, je suis le pain descendu du ciel ; 6.42 et ils disaient : N'est-ce pas ici Jésus, le fils de Joseph, duquel nous connaissons le père et la mère ? Comment donc celui-ci dit-il : Je suis descendu du ciel ? 6.43 Jésus donc répondit et leur dit : Ne murmurez pas entre vous. 6.44 Nul ne peut venir à moi, à moins que le Père qui m'a envoyé ne le tire ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. 6.45 Il est écrit dans les prophètes : " Et ils seront tous enseignés de Dieu ". Quiconque a entendu le Père et a appris [de lui], vient à moi. 6.46 Non pas que quelqu'un ait vu le Père, sinon celui qui est de Dieu ; celui-là a vu le Père. 6.47 En vérité, en vérité, je vous dis : Celui qui croit [en moi], a la vie éternelle. 6.48 Moi, je suis le pain de vie. 6.49 Vos pères ont mangé la manne au désert, et sont morts ; 6.50 c'est ici le pain qui descend du ciel, afin que quelqu'un en mange et ne meure pas. 6.51 Moi, je suis le pain vivant qui est descendu du ciel : si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement ; or le pain aussi que moi je donnerai, c'est ma chair, laquelle moi je donnerai pour la vie du monde. 6.52 Les Juifs disputaient donc entre eux, disant : Comment celui-ci peut-il nous donner sa chair à manger ? 6.53 Jésus donc leur dit : En vérité, en vérité, je vous dis : Si vous ne mangez la chair du fils de l'homme et ne buvez son sang, vous n'avez pas la vie en vous-mêmes. 6.54 Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle, et moi, je le ressusciterai au dernier jour. 6.55 Car ma chair est en vérité un aliment, et mon sang est en vérité un breuvage. 6.56 Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi et moi en lui. 6.57 Comme le Père [qui est] vivant m'a envoyé, et que moi, je vis à cause du Père, de même celui qui me mangera, celui-là aussi vivra à cause de moi. 6.58 C'est ici le pain qui est descendu du ciel, non pas comme les pères mangèrent et moururent : celui qui mangera ce pain vivra éternellement. 6.59 Il dit ces choses dans la synagogue, enseignant à Capernaüm. 6.60 Plusieurs donc de ses disciples, l'ayant entendu, dirent : Cette parole est dure ; qui peut l'ouïr ? 6.61 Et Jésus, sachant en lui-même que ses disciples murmuraient là-dessus, leur dit : Ceci vous scandalise-t-il ? 6.62 Si donc vous voyez le fils de l'homme monter où il était auparavant ... ? 6.63 C'est l'Esprit qui vivifie ; la chair ne profite de rien : les paroles que moi je vous ai dites sont esprit et sont vie ; 6.64 mais il y en a quelques-uns d'entre vous qui ne croient pas ; car Jésus savait, dès le commencement, qui étaient ceux qui ne croyaient pas, et qui était celui qui le livrerait. 6.65 Et il dit : C'est pour cela que je vous ai dit que nul ne peut venir à moi, à moins qu'il ne lui soit donné du Père. 6.66 Dès lors plusieurs de ses disciples se retirèrent ; et ils ne marchaient plus avec lui. 6.67 Jésus donc dit aux douze : Et vous, voulez-vous aussi vous en aller ? 6.68 Simon Pierre lui répondit : Seigneur, auprès de qui nous en irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle ; 6.69 et nous, nous croyons et nous savons que toi, tu es le Saint de Dieu. 6.70 Jésus leur répondit : N'est-ce pas moi qui vous ai choisis, vous, les douze, et l'un d'entre vous est un diable ? 6.71 Or il parlait de Judas Iscariote, [fils] de Simon ; car c'était lui qui allait le livrer, lui qui était l'un des douze.
- Chapitre 7 -
7.1 -Après cela, Jésus parcourait la Galilée, car il ne voulait pas séjourner en Judée, parce que les Juifs cherchaient à le faire mourir. 7.2 Or, la fête des Juifs, la fête des Tabernacles, était proche. 7.3 Et ses frères lui dirent: Pars d'ici, et va en Judée, afin que tes disciples voient aussi les oeuvres que tu fais. 7.4 Personne n'agit en secret, lorsqu'il désire paraître: si tu fais ces choses, montre-toi toi-même au monde. 7.5 Car ses frères non plus ne croyaient pas en lui. 7.6 Jésus leur dit: Mon temps n'est pas encore venu, mais votre temps est toujours prêt. 7.7 Le monde ne peut vous haïr; moi, il me hait, parce que je rends de lui le témoignage que ses oeuvres sont mauvaises. 7.8 Montez, vous, à cette fête; pour moi, je n'y monte point, parce que mon temps n'est pas encore accompli. 7.9 Après leur avoir dit cela, il resta en Galilée. 7.10 Lorsque ses frères furent montés à la fête, il y monta aussi lui-même, non publiquement, mais comme en secret. 7.11 Les Juifs le cherchaient pendant la fête, et disaient: Où est-il? 7.12 Il y avait dans la foule grande rumeur à son sujet. Les uns disaient: C'est un homme de bien. D'autres disaient: Non, il égare la multitude. 7.13 Personne, toutefois, ne parlait librement de lui, par crainte des Juifs. 7.14 Vers le milieu de la fête, Jésus monta au temple. Et il enseignait. 7.15 Les Juifs s'étonnaient, disant: Comment connaît-il les Écritures, lui qui n'a point étudié? 7.16 Jésus leur répondit: Ma doctrine n'est pas de moi, mais de celui qui m'a envoyé. 7.17 Si quelqu'un veut faire sa volonté, il connaîtra si ma doctrine est de Dieu, ou si je parle de mon chef. 7.18 Celui qui parle de son chef cherche sa propre gloire; mais celui qui cherche la gloire de celui qui l'a envoyé, celui-là est vrai, et il n'y a point d'injustice en lui. 7.19 Moïse ne vous a-t-il pas donné la loi? Et nul de vous n'observe la loi. Pourquoi cherchez-vous à me faire mourir? 7.20 La foule répondit: Tu as un démon. Qui est-ce qui cherche à te faire mourir? 7.21 Jésus leur répondit: J'ai fait une oeuvre, et vous en êtes tous étonnés. 7.22 Moïse vous a donné la circoncision, -non qu'elle vienne de Moïse, car elle vient des patriarches, -et vous circoncisez un homme le jour du sabbat. 7.23 Si un homme reçoit la circoncision le jour du sabbat, afin que la loi de Moïse ne soit pas violée, pourquoi vous irritez-vous contre moi de ce que j'ai guéri un homme tout entier le jour du sabbat? 7.24 Ne jugez pas selon l'apparence, mais jugez selon la justice. 7.25 Quelques habitants de Jérusalem disaient: N'est-ce pas là celui qu'ils cherchent à faire mourir? 7.26 Et voici, il parle librement, et ils ne lui disent rien! Est-ce que vraiment les chefs auraient reconnu qu'il est le Christ? 7.27 Cependant celui-ci, nous savons d'où il est; mais le Christ, quand il viendra, personne ne saura d'où il est. 7.28 Et Jésus, enseignant dans le temple, s'écria: Vous me connaissez, et vous savez d'où je suis! Je ne suis pas venu de moi-même: mais celui qui m'a envoyé est vrai, et vous ne le connaissez pas. 7.29 Moi, je le connais; car je viens de lui, et c'est lui qui m'a envoyé. 7.30 Ils cherchaient donc à se saisir de lui, et personne ne mit la main sur lui, parce que son heure n'était pas encore venue. 7.31 Plusieurs parmi la foule crurent en lui, et ils disaient: Le Christ, quand il viendra, fera-t-il plus de miracles que n'en a fait celui-ci? 7.32 Les pharisiens entendirent la foule murmurant de lui ces choses. Alors les principaux sacrificateurs et les pharisiens envoyèrent des huissiers pour le saisir. 7.33 Jésus dit: Je suis encore avec vous pour un peu de temps, puis je m'en vais vers celui qui m'a envoyé. 7.34 Vous me chercherez et vous ne me trouverez pas, et vous ne pouvez venir où je serai. 7.35 Sur quoi les Juifs dirent entre eux: Où ira-t-il, que nous ne le trouvions pas? Ira-t-il parmi ceux qui sont dispersés chez les Grecs, et enseignera-t-il les Grecs? 7.36 Que signifie cette parole qu'il a dite: Vous me chercherez et vous ne me trouverez pas, et vous ne pouvez venir où je serai? 7.37 Le dernier jour, le grand jour de la fête, Jésus, se tenant debout, s'écria: Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi, et qu'il boive. 7.38 Celui qui croit en moi, des fleuves d'eau vive couleront de son sein, comme dit l'Écriture. 7.39 Il dit cela de l'Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui; car l'Esprit n'était pas encore, parce que Jésus n'avait pas encore été glorifié. 7.40 Des gens de la foule, ayant entendu ces paroles, disaient: Celui-ci est vraiment le prophète. 7.41 D'autres disaient: C'est le Christ. Et d'autres disaient: Est-ce bien de la Galilée que doit venir le Christ? 7.42 L'Écriture ne dit-elle pas que c'est de la postérité de David, et du village de Bethléhem, où était David, que le Christ doit venir? 7.43 Il y eut donc, à cause de lui, division parmi la foule. 7.44 Quelques-uns d'entre eux voulaient le saisir, mais personne ne mit la main sur lui. 7.45 Ainsi les huissiers retournèrent vers les principaux sacrificateurs et les pharisiens. Et ceux-ci leur dirent: Pourquoi ne l'avez-vous pas amené? 7.46 Les huissiers répondirent: Jamais homme n'a parlé comme cet homme. 7.47 Les pharisiens leur répliquèrent: Est-ce que vous aussi, vous avez été séduits? 7.48 Y a-t-il quelqu'un des chefs ou des pharisiens qui ait cru en lui? 7.49 Mais cette foule qui ne connaît pas la loi, ce sont des maudits! 7.50 Nicodème, qui était venu de nuit vers Jésus, et qui était l'un d'entre eux, leur dit: 7.51 Notre loi condamne-t-elle un homme avant qu'on l'entende et qu'on sache ce qu'il a fait? 7.52 Ils lui répondirent: Es-tu aussi Galiléen? Examine, et tu verras que de la Galilée il ne sort point de prophète. 7.53 Et chacun s'en retourna dans sa maison.
- Chapitre 7 -
7.1 Et après ces choses, Jésus se tenait en Galilée, car il ne voulait pas se tenir en Judée, parce que les Juifs cherchaient à le faire mourir. 7.2 Or la fête des Juifs, celle des tabernacles, était proche. 7.3 Ses frères lui dirent donc : Pars d'ici et va en Judée, afin que tes disciples aussi voient les oeuvres que tu fais ; 7.4 car nul ne fait quelque chose en secret et ne cherche à être lui-même publiquement connu ; si tu fais ces choses, montre-toi au monde toi-même. 7.5 Car ses frères ne croyaient pas en lui non plus. 7.6 Jésus donc leur dit : Mon temps n'est pas encore venu, mais votre temps est toujours prêt. 7.7 Le monde ne peut pas vous haïr ; mais il me hait, parce que moi je rends témoignage de lui, que ses oeuvres sont mauvaises. 7.8 Vous, montez à cette fête ; moi, je ne monte pas à cette fête, car mon temps n'est pas encore accompli. 7.9 Leur ayant dit ces choses, il demeura en Galilée. 7.10 Mais lorsque ses frères furent montés, alors lui aussi monta à la fête, non pas publiquement, mais comme en secret. 7.11 Les Juifs donc le cherchaient à la fête et disaient : Où est cet [homme] ? 7.12 Et il y avait une grande rumeur à son sujet parmi les foules. Les uns disaient : Il est homme de bien. D'autres disaient : Non, mais il séduit la foule. 7.13 Toutefois personne ne parlait ouvertement de lui, par crainte des Juifs. 7.14 Mais, comme on était déjà au milieu de la fête, Jésus monta au temple, et il enseignait. 7.15 Les Juifs donc s'étonnaient, disant : Comment celui-ci connaît-il les lettres, vu qu'il ne [les] a point apprises ? 7.16 Jésus donc leur répondit et dit : Ma doctrine n'est pas mienne, mais de celui qui m'a envoyé. 7.17 Si quelqu'un veut faire sa volonté, il connaîtra de la doctrine si elle est de Dieu, ou si moi je parle de par moi même. 7.18 Celui qui parle de par lui-même cherche sa propre gloire ; mais celui qui cherche la gloire de celui qui l'a envoyé, celui-là est vrai, et il n'y a point d'injustice en lui. 7.19 Moïse ne vous a-t-il pas donné la loi ? Et nul d'entre vous n'observe la loi. Pourquoi cherchez-vous à me faire mourir ? 7.20 La foule répondit et dit : Tu as un démon ; qui cherche à te faire mourir ? 7.21 Jésus répondit et leur dit : J'ai fait une oeuvre, et vous vous étonnez tous. 7.22 C'est pourquoi Moïse vous a donné la circoncision (non qu'elle soit de Moïse, mais elle est des pères), et vous circoncisez un homme en un jour de sabbat. 7.23 Si un homme reçoit la circoncision en un jour de sabbat, afin que la loi de Moïse ne soit pas violée, êtes-vous irrités contre moi de ce que j'ai guéri un homme tout entier en un jour de sabbat ? 7.24 Ne jugez pas sur l'apparence, mais portez un jugement juste. 7.25 Quelques-uns donc de ceux de Jérusalem disaient : N'est-ce pas celui qu'ils cherchent à faire mourir ? 7.26 Et voici, il parle librement, et ils ne lui disent rien : les chefs auraient-ils vraiment reconnu que celui-ci est le Christ ? 7.27 Mais nous connaissons celui-ci, [et nous savons] d'où il est ; mais lorsque le Christ viendra, personne ne sait d'où il est. 7.28 Jésus donc criait dans le temple, enseignant et disant : Et vous me connaissez, et vous savez d'où je suis : et je ne suis pas venu de par moi-même, mais celui qui m'a envoyé est véritable, et vous ne le connaissez pas. 7.29 Moi, je le connais, car je viens de lui, et c'est lui qui m'a envoyé. 7.30 Ils cherchaient donc à le prendre ; et personne ne mit la main sur lui, parce que son heure n'était pas encore venue. 7.31 Et plusieurs d'entre la foule crurent en lui, et disaient : Le Christ, quand il sera venu, fera-t-il plus de miracles que celui-ci n'en a fait ? 7.32 Les pharisiens entendirent la foule murmurant ces choses de lui ; et les pharisiens et les principaux sacrificateurs envoyèrent des huissiers pour le prendre. 7.33 Jésus donc dit : Je suis encore pour un peu de temps avec vous, et je m'en vais à celui qui m'a envoyé. 7.34 Vous me chercherez, et vous ne me trouverez pas ; et là où moi je serai, vous, vous ne pouvez venir. 7.35 Les Juifs donc dirent entre eux : Où celui-ci va-t-il aller que nous ne le trouverons pas ? Va-t-il aller à la dispersion [au milieu] des Grecs, et enseigner les Grecs ? 7.36 Quelle est cette parole qu'il a dite : Vous me chercherez, et vous ne me trouverez pas ; et là où moi je serai, vous, vous ne pouvez venir ? 7.37 Et en la dernière journée, la grande journée de la fête, Jésus se tint là et cria, disant : Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi, et qu'il boive. 7.38 Celui qui croit en moi, selon ce qu'a dit l'écriture, des fleuves d'eau vive couleront de son ventre. 7.39 (Or il disait cela de l'Esprit qu'allaient recevoir ceux qui croyaient en lui ; car l'Esprit n'était pas encore, parce que Jésus n'avait pas encore été glorifié.) 7.40 Des gens de la foule donc, ayant entendu cette parole, disaient : Celui-ci est véritablement le prophète. 7.41 D'autres disaient : Celui-ci est le Christ. D'autres disaient : Le Christ vient-il donc de Galilée ? 7.42 L'écriture n'a-t-elle pas dit que le Christ vient de la semence de David et de la bourgade de Bethléhem, où était David ? 7.43 Il y eut donc de la division dans la foule à cause de lui. 7.44 Et quelques-uns d'entre eux voulaient le prendre ; mais personne ne mit les mains sur lui. 7.45 Les huissiers donc s'en vinrent vers les principaux sacrificateurs et les pharisiens ; et ceux-ci leur dirent : Pourquoi ne l'avez-vous pas amené ? 7.46 Les huissiers répondirent : Jamais homme ne parla comme cet homme. 7.47 Les Pharisiens donc leur répondirent : Et vous aussi, êtes-vous séduits ? 7.48 Aucun d'entre les chefs ou d'entre les pharisiens, a-t-il cru en lui ? 7.49 Mais cette foule qui ne connaît pas la loi est maudite. 7.50 Nicodème, qui était l'un d'entre eux, leur dit : 7.51 Notre loi juge-t-elle l'homme avant de l'avoir entendu et d'avoir connu ce qu'il fait ? 7.52 Ils répondirent et lui dirent : Et toi, es-tu aussi de Galilée ? Enquiers-toi, et vois qu'un prophète n'est pas suscité de Galilée. 7.53 Et chacun s'en alla dans sa maison.
- Chapitre 8 -
8.1 -Jésus se rendit à la montagne des oliviers. 8.2 Mais, dès le matin, il alla de nouveau dans le temple, et tout le peuple vint à lui. S'étant assis, il les enseignait. 8.3 Alors les scribes et les pharisiens amenèrent une femme surprise en adultère; 8.4 et, la plaçant au milieu du peuple, ils dirent à Jésus: Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d'adultère. 8.5 Moïse, dans la loi, nous a ordonné de lapider de telles femmes: toi donc, que dis-tu? 8.6 Ils disaient cela pour l'éprouver, afin de pouvoir l'accuser. Mais Jésus, s'étant baissé, écrivait avec le doigt sur la terre. 8.7 Comme ils continuaient à l'interroger, il se releva et leur dit: Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle. 8.8 Et s'étant de nouveau baissé, il écrivait sur la terre. 8.9 Quand ils entendirent cela, accusés par leur conscience, ils se retirèrent un à un, depuis les plus âgés jusqu'aux derniers; et Jésus resta seul avec la femme qui était là au milieu. 8.10 Alors s'étant relevé, et ne voyant plus que la femme, Jésus lui dit: Femme, où sont ceux qui t'accusaient? Personne ne t'a-t-il condamnée? 8.11 Elle répondit: Non, Seigneur. Et Jésus lui dit: Je ne te condamne pas non plus: va, et ne pèche plus. 8.12 Jésus leur parla de nouveau, et dit: Je suis la lumière du monde; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie. 8.13 Là-dessus, les pharisiens lui dirent: Tu rends témoignage de toi-même; ton témoignage n'est pas vrai. 8.14 Jésus leur répondit: Quoique je rende témoignage de moi-même, mon témoignage est vrai, car je sais d'où je suis venu et où je vais; mais vous, vous ne savez d'où je viens ni où je vais. 8.15 Vous jugez selon la chair; moi, je ne juge personne. 8.16 Et si je juge, mon jugement est vrai, car je ne suis pas seul; mais le Père qui m'a envoyé est avec moi. 8.17 Il est écrit dans votre loi que le témoignage de deux hommes est vrai; 8.18 je rends témoignage de moi-même, et le Père qui m'a envoyé rend témoignage de moi. 8.19 Ils lui dirent donc: Où est ton Père? Jésus répondit: Vous ne connaissez ni moi, ni mon Père. Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. 8.20 Jésus dit ces paroles, enseignant dans le temple, au lieu où était le trésor; et personne ne le saisit, parce que son heure n'était pas encore venue. 8.21 Jésus leur dit encore: Je m'en vais, et vous me chercherez, et vous mourrez dans votre péché; vous ne pouvez venir où je vais. 8.22 Sur quoi les Juifs dirent: Se tuera-t-il lui-même, puisqu'il dit: Vous ne pouvez venir où je vais? 8.23 Et il leur dit: Vous êtes d'en bas; moi, je suis d'en haut. Vous êtes de ce monde; moi, je ne suis pas de ce monde. 8.24 C'est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés; car si vous ne croyez pas ce que je suis, vous mourrez dans vos péchés. 8.25 Qui es-tu? lui dirent-ils. Jésus leur répondit: Ce que je vous dis dès le commencement. 8.26 J'ai beaucoup de choses à dire de vous et à juger en vous; mais celui qui m'a envoyé est vrai, et ce que j'ai entendu de lui, je le dis au monde. 8.27 Ils ne comprirent point qu'il leur parlait du Père. 8.28 Jésus donc leur dit: Quand vous aurez élevé le Fils de l'homme, alors vous connaîtrez ce que je suis, et que je ne fais rien de moi-même, mais que je parle selon ce que le Père m'a enseigné. 8.29 Celui qui m'a envoyé est avec moi; il ne m'a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable. 8.30 Comme Jésus parlait ainsi, plusieurs crurent en lui. 8.31 Et il dit aux Juifs qui avaient cru en lui: Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples; 8.32 vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira. 8.33 Ils lui répondirent: Nous sommes la postérité d'Abraham, et nous ne fûmes jamais esclaves de personne; comment dis-tu: Vous deviendrez libres? 8.34 En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché. 8.35 Or, l'esclave ne demeure pas toujours dans la maison; le fils y demeure toujours. 8.36 Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres. 8.37 Je sais que vous êtes la postérité d'Abraham; mais vous cherchez à me faire mourir, parce que ma parole ne pénètre pas en vous. 8.38 Je dis ce que j'ai vu chez mon Père; et vous, vous faites ce que vous avez entendu de la part de votre père. 8.39 Ils lui répondirent: Notre père, c'est Abraham. Jésus leur dit: Si vous étiez enfants d'Abraham, vous feriez les oeuvres d'Abraham. 8.40 Mais maintenant vous cherchez à me faire mourir, moi qui vous ai dit la vérité que j'ai entendue de Dieu. Cela, Abraham ne l'a point fait. 8.41 Vous faites les oeuvres de votre père. Ils lui dirent: Nous ne sommes pas des enfants illégitimes; nous avons un seul Père, Dieu. 8.42 Jésus leur dit: Si Dieu était votre Père, vous m'aimeriez, car c'est de Dieu que je suis sorti et que je viens; je ne suis pas venu de moi-même, mais c'est lui qui m'a envoyé. 8.43 Pourquoi ne comprenez-vous pas mon langage? Parce que vous ne pouvez écouter ma parole. 8.44 Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui. Lorsqu'il profère le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur et le père du mensonge. 8.45 Et moi, parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas. 8.46 Qui de vous me convaincra de péché? Si je dis la vérité, pourquoi ne me croyez-vous pas? 8.47 Celui qui est de Dieu, écoute les paroles de Dieu; vous n'écoutez pas, parce que vous n'êtes pas de Dieu. 8.48 Les Juifs lui répondirent: N'avons-nous pas raison de dire que tu es un Samaritain, et que tu as un démon? 8.49 Jésus répliqua: Je n'ai point de démon; mais j'honore mon Père, et vous m'outragez. 8.50 Je ne cherche point ma gloire; il en est un qui la cherche et qui juge. 8.51 En vérité, en vérité, je vous le dis, si quelqu'un garde ma parole, il ne verra jamais la mort. 8.52 Maintenant, lui dirent les Juifs, nous connaissons que tu as un démon. Abraham est mort, les prophètes aussi, et tu dis: Si quelqu'un garde ma parole, il ne verra jamais la mort. 8.53 Es-tu plus grand que notre père Abraham, qui est mort? Les prophètes aussi sont morts. Qui prétends-tu être? 8.54 Jésus répondit: Si je me glorifie moi-même, ma gloire n'est rien. C'est mon père qui me glorifie, lui que vous dites être votre Dieu, 8.55 et que vous ne connaissez pas. Pour moi, je le connais; et, si je disais que je ne le connais pas, je serais semblable à vous, un menteur. Mais je le connais, et je garde sa parole. 8.56 Abraham, votre père, a tressailli de joie de ce qu'il verrait mon jour: il l'a vu, et il s'est réjoui. 8.57 Les Juifs lui dirent: Tu n'as pas encore cinquante ans, et tu as vu Abraham! 8.58 Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu'Abraham fût, je suis. 8.59 Là-dessus, ils prirent des pierres pour les jeter contre lui; mais Jésus se cacha, et il sortit du temple.
- Chapitre 8 -
8.1 Et Jésus s'en alla à la montagne des Oliviers. 8.2 Et au point du jour il vint encore au temple, et tout le peuple vint à lui ; et s'étant assis, il les enseignait. 8.3 Et les scribes et les Pharisiens lui amènent une femme surprise en adultère ; et l'ayant placée devant lui, 8.4 ils lui disent : Maître, cette femme a été surprise sur le fait même, commettant adultère. 8.5 Or, dans la loi, Moïse nous a commandé de lapider de telles femmes: toi donc, que dis-tu ? 8.6 Or ils disaient cela pour l'éprouver, afin qu'ils eussent de quoi l'accuser. Mais Jésus, s'étant baissé, écrivait avec le doigt sur la terre. 8.7 Et comme ils continuaient à l'interroger, s'étant relevé, il leur dit : Que celui de vous qui est sans péché, jette le premier la pierre contre elle. 8.8 Et s'étant encore baissé, il écrivait sur la terre. 8.9 Et eux, l'ayant entendu, sortirent un à un, en commençant depuis les plus anciens jusqu'aux derniers ; et Jésus fut laissé seul avec la femme devant lui. 8.10 Et Jésus, s'étant relevé et ne voyant personne que la femme, lui dit : Femme, où sont-ils, ceux-là, tes accusateurs ? Nul ne t'a-t-il condamnée ? 8.11 Et elle dit : Nul, Seigneur. Et Jésus lui dit : Moi non plus, je ne te condamne pas ; va, - dorénavant ne pèche plus. 8.12 Jésus donc leur parla encore, disant : Moi, je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera point dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie. 8.13 Les Pharisiens donc lui dirent : Tu rends témoignage de toi-même ; ton témoignage n'est pas vrai. 8.14 Jésus répondit et leur dit : Quoique moi je rende témoignage de moi-même, mon témoignage est vrai, car je sais d'où je suis venu et où je vais ; mais vous, vous ne savez pas d'où je viens et où je vais. 8.15 Vous, vous jugez selon la chair ; moi, je ne juge personne. 8.16 Et si aussi moi, je juge, mon jugement est vrai, car je ne suis pas seul, mais moi et le Père qui m'a envoyé. 8.17 Et il est écrit aussi dans votre loi, que le témoignage de deux hommes est vrai. 8.18 Moi, je rends témoignage de moi-même ; et le Père qui m'a envoyé rend aussi témoignage de moi. 8.19 Ils lui dirent donc : Où est ton père ? Jésus répondit : Vous ne connaissez ni moi, ni mon Père ; si vous m'aviez connu, vous auriez connu aussi mon Père. 8.20 Il dit ces paroles dans le trésor, enseignant dans le temple ; et personne ne le prit, parce que son heure n'était pas encore venue. 8.21 [Jésus] leur dit donc encore : Moi, je m'en vais, et vous me chercherez ; et vous mourrez dans votre péché : là où moi je vais, vous, vous ne pouvez venir. 8.22 Les Juifs donc disaient : Se tuera-t-il, qu'il dise : Là où moi je vais, vous, vous ne pouvez venir ? 8.23 Et il leur dit : Vous êtes d'en bas; moi, je suis d'en haut: vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde. 8.24 Je vous ai donc dit que vous mourrez dans vos péchés ; car si vous ne croyez pas que c'est moi, vous mourrez dans vos péchés. 8.25 Ils lui disaient donc : Toi, qui es-tu ? Et Jésus leur dit : Absolument ce qu'aussi je vous dis. 8.26 J'ai beaucoup de choses à dire de vous et à juger ; mais celui qui m'a envoyé est vrai, et les choses que j'ai ouïes de lui, moi, je les dis au monde. 8.27 Ils ne connurent pas qu'il leur parlait du Père. 8.28 Jésus donc leur dit : Quand vous aurez élevé le fils de l'homme, alors vous connaîtrez que c'est moi, et que je ne fais rien de moi-même, mais que, selon que le Père m'a enseigné, je dis ces choses. 8.29 Et celui qui m'a envoyé est avec moi ; il ne m'a pas laissé seul, parce que moi, je fais toujours les choses qui lui plaisent. 8.30 Comme il disait ces choses, plusieurs crurent en lui. 8.31 Jésus donc dit aux Juifs qui avaient cru en lui : Si vous persévérez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; 8.32 et vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira. 8.33 Ils lui répondirent : Nous sommes la postérité d'Abraham, et jamais nous ne fûmes dans la servitude de personne ; comment dis-tu, toi : Vous serez rendus libres ? 8.34 Jésus leur répondit : En vérité, en vérité, je vous dis : Quiconque pratique le péché est esclave du péché. 8.35 Or l'esclave ne demeure pas dans la maison pour toujours ; le fils y demeure pour toujours. 8.36 Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres. 8.37 Je sais que vous êtes la postérité d'Abraham ; mais vous cherchez à me faire mourir, parce que ma parole n'a pas d'entrée auprès de vous. 8.38 Moi, je dis ce que j'ai vu chez mon Père ; vous aussi donc, vous faites les choses que vous avez entendues de la part de votre père. 8.39 Ils répondirent et lui dirent : Abraham est notre père. Jésus leur dit : Si vous étiez enfants d'Abraham, vous feriez les oeuvres d'Abraham ; 8.40 mais maintenant vous cherchez à me faire mourir, moi, un homme qui vous ai dit la vérité que j'ai ouïe de Dieu : 8.41 Abraham n'a pas fait cela. Vous, vous faites les oeuvres de votre père. Ils lui dirent donc : Nous ne sommes pas nés de la fornication ; nous avons un père, Dieu. 8.42 Jésus leur dit : Si Dieu était votre père, vous m'aimeriez, car moi je procède de Dieu et je viens de lui ; car je ne suis pas venu de moi-même, mais c'est lui qui m'a envoyé. 8.43 Pourquoi n'entendez-vous pas mon langage ? Parce que vous ne pouvez pas ouïr ma parole. 8.44 Vous, vous avez pour père le diable, et vous voulez faire les convoitises de votre père. Lui a été meurtrier dès le commencement, et il n'a pas persévéré dans la vérité, car il n'y a pas de vérité en lui. Quand il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, car il est menteur, et le père du mensonge. 8.45 Mais moi, parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas. 8.46 Qui d'entre vous me convainc de péché ? Si je dis la vérité, vous, pourquoi ne me croyez-vous pas ? 8.47 Celui qui est de Dieu entend les paroles de Dieu ; c'est pourquoi vous, vous n'entendez pas, parce que vous n'êtes pas de Dieu. 8.48 Les Juifs répondirent et lui dirent : Ne disons-nous pas bien que tu es un Samaritain, et que tu as un démon ? 8.49 Jésus répondit : Moi, je n'ai point un démon, mais j'honore mon Père, et vous, vous jetez du déshonneur sur moi. 8.50 Mais pour moi, je ne cherche pas ma gloire ; il y en a un qui cherche, et qui juge. 8.51 En vérité, en vérité, je vous dis : Si quelqu'un garde ma parole, il ne verra point la mort, à jamais. 8.52 Les Juifs donc lui dirent : Maintenant nous connaissons que tu as un démon : Abraham est mort, et les prophètes, et toi, tu dis : Si quelqu'un garde ma parole, il ne goûtera point la mort, à jamais. 8.53 Es-tu plus grand que notre père Abraham, qui est mort ? et les prophètes sont morts. 8.54 Qui te fais-tu toi-même ? Jésus répondit : Si moi je me glorifie moi-même, ma gloire n'est rien ; c'est mon Père qui me glorifie, lui de qui vous dites : Il est notre Dieu. 8.55 Et vous ne le connaissez pas ; mais moi, je le connais: et si je disais que je ne le connais pas, je serais menteur, semblable à vous ; mais je le connais, et je garde sa parole. 8.56 Abraham, votre père, a tressailli de joie de ce qu'il verrait mon jour ; et il l'a vu, et s'est réjoui. 8.57 Les Juifs donc lui dirent : Tu n'as pas encore cinquante ans, et tu as vu Abraham ! 8.58 Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous dis : Avant qu'Abraham fût, je suis. 8.59 Ils prirent donc des pierres pour les jeter contre lui ; mais Jésus se cacha et sortit du temple.
- Chapitre 9 -
9.1 -Jésus vit, en passant, un homme aveugle de naissance. 9.2 Ses disciples lui firent cette question: Rabbi, qui a péché, cet homme ou ses parents, pour qu'il soit né aveugle? 9.3 Jésus répondit: Ce n'est pas que lui ou ses parents aient péché; mais c'est afin que les oeuvres de Dieu soient manifestées en lui. 9.4 Il faut que je fasse, tandis qu'il est jour, les oeuvres de celui qui m'a envoyé; la nuit vient, où personne ne peut travailler. 9.5 Pendant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde. 9.6 Après avoir dit cela, il cracha à terre, et fit de la boue avec sa salive. Puis il appliqua cette boue sur les yeux de l'aveugle, 9.7 et lui dit: Va, et lave-toi au réservoir de Siloé (nom qui signifie envoyé). Il y alla, se lava, et s'en retourna voyant clair. 9.8 Ses voisins et ceux qui auparavant l'avaient connu comme un mendiant disaient: N'est-ce pas là celui qui se tenait assis et qui mendiait? 9.9 Les uns disaient: C'est lui. D'autres disaient: Non, mais il lui ressemble. Et lui-même disait: C'est moi. 9.10 Ils lui dirent donc: Comment tes yeux ont-ils été ouverts? 9.11 Il répondit: L'Homme qu'on appelle Jésus a fait de la boue, a oint mes yeux, et m'a dit: Va au réservoir de Siloé, et lave-toi. J'y suis allé, je me suis lavé, et j'ai recouvré la vue. 9.12 Ils lui dirent: Où est cet homme? Il répondit: Je ne sais. 9.13 Ils menèrent vers les pharisiens celui qui avait été aveugle. 9.14 Or, c'était un jour de sabbat que Jésus avait fait de la boue, et lui avait ouvert les yeux. 9.15 De nouveau, les pharisiens aussi lui demandèrent comment il avait recouvré la vue. Et il leur dit: Il a appliqué de la boue sur mes yeux, je me suis lavé, et je vois. 9.16 Sur quoi quelques-uns des pharisiens dirent: Cet homme ne vient pas de Dieu, car il n'observe pas le sabbat. D'autres dirent: Comment un homme pécheur peut-il faire de tels miracles? 9.17 Et il y eut division parmi eux. Ils dirent encore à l'aveugle: Toi, que dis-tu de lui, sur ce qu'il t'a ouvert les yeux? Il répondit: C'est un prophète. 9.18 Les Juifs ne crurent point qu'il eût été aveugle et qu'il eût recouvré la vue jusqu'à ce qu'ils eussent fait venir ses parents. 9.19 Et ils les interrogèrent, disant: Est-ce là votre fils, que vous dites être né aveugle? Comment donc voit-il maintenant? 9.20 Ses parents répondirent: Nous savons que c'est notre fils, et qu'il est né aveugle; 9.21 mais comment il voit maintenant, ou qui lui a ouvert les yeux, c'est ce que nous ne savons. Interrogez-le lui-même, il a de l'âge, il parlera de ce qui le concerne. 9.22 Ses parents dirent cela parce qu'ils craignaient les Juifs; car les Juifs étaient déjà convenus que, si quelqu'un reconnaissait Jésus pour le Christ, il serait exclu de la synagogue. 9.23 C'est pourquoi ses parents dirent: Il a de l'âge, interrogez-le lui-même. 9.24 Les pharisiens appelèrent une seconde fois l'homme qui avait été aveugle, et ils lui dirent: Donne gloire à Dieu; nous savons que cet homme est un pécheur. 9.25 Il répondit: S'il est un pécheur, je ne sais; je sais une chose, c'est que j'étais aveugle et que maintenant je vois. 9.26 Ils lui dirent: Que t'a-t-il fait? Comment t'a-t-il ouvert les yeux? 9.27 Il leur répondit: Je vous l'ai déjà dit, et vous n'avez pas écouté; pourquoi voulez-vous l'entendre encore? Voulez-vous aussi devenir ses disciples? 9.28 Ils l'injurièrent et dirent: C'est toi qui es son disciple; nous, nous sommes disciples de Moïse. 9.29 Nous savons que Dieu a parlé à Moïse; mais celui-ci, nous ne savons d'où il est. 9.30 Cet homme leur répondit: Il est étonnant que vous ne sachiez d'où il est; et cependant il m'a ouvert les yeux. 9.31 Nous savons que Dieu n'exauce point les pécheurs; mais, si quelqu'un l'honore et fait sa volonté, c'est celui là qu'il l'exauce. 9.32 Jamais on n'a entendu dire que quelqu'un ait ouvert les yeux d'un aveugle-né. 9.33 Si cet homme ne venait pas de Dieu, il ne pourrait rien faire. 9.34 Ils lui répondirent: Tu es né tout entier dans le péché, et tu nous enseignes! Et ils le chassèrent. 9.35 Jésus apprit qu'ils l'avaient chassé; et, l'ayant rencontré, il lui dit: Crois-tu au Fils de Dieu? 9.36 Il répondit: Et qui est-il, Seigneur, afin que je croie en lui? 9.37 Tu l'as vu, lui dit Jésus, et celui qui te parle, c'est lui. 9.38 Et il dit: Je crois, Seigneur. Et il se prosterna devant lui. 9.39 Puis Jésus dit: Je suis venu dans ce monde pour un jugement, pour que ceux qui ne voient point voient, et que ceux qui voient deviennent aveugles. 9.40 Quelques pharisiens qui étaient avec lui, ayant entendu ces paroles, lui dirent: Nous aussi, sommes-nous aveugles? 9.41 Jésus leur répondit: Si vous étiez aveugles, vous n'auriez pas de péché. Mais maintenant vous dites: Nous voyons. C'est pour cela que votre péché subsiste.
- Chapitre 9 -
9.1 Et comme il passait, il vit un homme aveugle dès sa naissance. 9.2 Et ses disciples l'interrogèrent, disant : Rabbi, qui a péché : celui-ci, ou ses parents, pour qu'il soit né aveugle ? 9.3 Jésus répondit : Ni celui-ci n'a péché, ni ses parents ; mais c'est afin que les oeuvres de Dieu soient manifestées en lui. 9.4 Il me faut faire les oeuvres de celui qui m'a envoyé, tandis qu'il est jour ; la nuit vient, en laquelle personne ne peut travailler. 9.5 Pendant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde. 9.6 Ayant dit ces choses, il cracha en terre et fit de la boue de son crachat, et mit la boue comme un onguent sur ses yeux, 9.7 et lui dit : Va, et lave-toi au réservoir de Siloé (ce qui est interprété Envoyé). Il s'en alla donc, et se lava, et revint voyant. 9.8 Les voisins donc, et ceux qui, l'ayant vu auparavant, [savaient] qu'il était mendiant, dirent : N'est-ce pas celui qui était assis et qui mendiait ? 9.9 Quelques-uns disaient : C'est lui. D'autres disaient : Non, mais il lui ressemble. Lui dit : C'est moi-même. 9.10 Ils lui dirent donc : Comment ont été ouverts tes yeux ? 9.11 Il répondit et dit : Un homme, appelé Jésus, fit de la boue et oignit mes yeux, et me dit : Va à Siloé et lave-toi. Et je m'en suis allé, et je me suis lavé, et j'ai vu. 9.12 Ils lui dirent donc : Où est cet [homme] ? Il dit : Je ne sais. 9.13 Ils amenèrent aux pharisiens celui qui auparavant avait été aveugle. 9.14 Or c'était un jour de sabbat que Jésus fit la boue, et qu'il ouvrit ses yeux. 9.15 Les pharisiens donc aussi lui demandèrent encore comment il avait recouvré la vue. Et il leur dit : Il a mis de la boue sur mes yeux, et je me suis lavé, et je vois. 9.16 Quelques-uns donc d'entre les pharisiens dirent : Cet homme n'est pas de Dieu, car il ne garde pas le sabbat. D'autres disaient : Comment un homme pécheur peut-il faire de tels miracles ? Et il y avait de la division entre eux. 9.17 Ils disent donc encore à l'aveugle : Toi, que dis-tu de lui, sur ce qu'il t'a ouvert les yeux ? Et il dit : C'est un prophète. 9.18 Les Juifs donc ne crurent pas qu'il avait été aveugle et qu'il avait recouvré la vue, jusqu'à ce qu'ils eussent appelé les parents de celui qui avait recouvré la vue. 9.19 Et ils les interrogèrent, disant : Celui-ci est-il votre fils, que vous dites être né aveugle ? Comment donc voit-il maintenant ? 9.20 Ses parents [leur] répondirent et dirent : Nous savons que celui-ci est notre fils, et qu'il est né aveugle ; 9.21 mais comment il voit maintenant, nous ne le savons pas ; et qui lui a ouvert les yeux, nous ne le savons pas, nous ; il a de l'âge, interrogez-le, il parlera de ce qui le concerne. 9.22 Ses parents dirent ces choses, parce qu'ils craignaient les Juifs ; car les Juifs étaient déjà convenus que si quelqu'un le confessait comme le Christ, il serait exclu de la synagogue. 9.23 C'est pourquoi ses parents dirent : Il a de l'âge, interrogez-le. 9.24 Ils appelèrent donc, pour la seconde fois, l'homme qui avait été aveugle, et lui dirent : Donne gloire à Dieu ; nous savons que cet homme est un pécheur. 9.25 Il répondit donc : S'il est un pécheur, je ne sais ; je sais une chose, c'est que j'étais aveugle, et que maintenant je vois. 9.26 Et ils lui dirent encore : Que t'a-t-il fait ? Comment a-t-il ouvert tes yeux ? 9.27 Il leur répondit : Je vous l'ai déjà dit, et vous n'avez pas écouté. Pourquoi voulez-vous encore l'entendre ? 9.28 Voulez-vous aussi, vous, devenir ses disciples ? Ils l'injurièrent et dirent : Toi, tu es le disciple de celui-là ; mais nous, nous sommes disciples de Moïse. 9.29 Pour nous, nous savons que Dieu a parlé à Moïse ; mais, pour celui-ci, nous ne savons d'où il est. 9.30 L'homme répondit et leur dit : En ceci pourtant il y a une chose étrange, que vous ne sachiez pas d'où il est, et il a ouvert mes yeux. 9.31 Or, nous savons que Dieu n'écoute pas les pécheurs ; mais si quelqu'un est pieux envers Dieu et fait sa volonté, celui-là il l'écoute. 9.32 Jamais on n'ouït dire que quelqu'un ait ouvert les yeux d'un aveugle-né. 9.33 Si celui-ci n'était pas de Dieu, il ne pourrait rien faire. 9.34 Ils répondirent et lui dirent : Tu es entièrement né dans le péché, et tu nous enseignes ! Et ils le chassèrent dehors. 9.35 Jésus apprit qu'ils l'avaient chassé dehors, et l'ayant trouvé, il lui dit : 9.36 Crois-tu au Fils de Dieu ? Il répondit et dit : Qui est-il, Seigneur, afin que je croie en lui ? 9.37 Et Jésus lui dit : Et tu l'as vu, et celui qui te parle, c'est lui. 9.38 Et il dit : Je crois, Seigneur ! Et il lui rendit hommage. 9.39 Et Jésus dit : Moi, je suis venu dans ce monde pour [le] jugement, afin que ceux qui ne voient pas, voient ; et que ceux qui voient deviennent aveugles. 9.40 Et quelques-uns d'entre les pharisiens qui étaient avec lui entendirent ces choses, et lui dirent : Et nous, sommes-nous aussi aveugles ? 9.41 Jésus leur dit : Si vous étiez aveugles, vous n'auriez pas de péché ; mais maintenant vous dites : Nous voyons ! - votre péché demeure.
- Chapitre 10 -
10.1 -En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui n'entre pas par la porte dans la bergerie, mais qui y monte par ailleurs, est un voleur et un brigand. 10.2 Mais celui qui entre par la porte est le berger des brebis. 10.3 Le portier lui ouvre, et les brebis entendent sa voix; il appelle par leur nom les brebis qui lui appartiennent, et il les conduit dehors. 10.4 Lorsqu'il a fait sortir toutes ses propres brebis, il marche devant elles; et les brebis le suivent, parce qu'elles connaissent sa voix. 10.5 Elles ne suivront point un étranger; mais elles fuiront loin de lui, parce qu'elles ne connaissent pas la voix des étrangers. 10.6 Jésus leur dit cette parabole, mais ils ne comprirent pas de quoi il leur parlait. 10.7 Jésus leur dit encore: En vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis. 10.8 Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des brigands; mais les brebis ne les ont point écoutés. 10.9 Je suis la porte. Si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages. 10.10 Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu'elles soient dans l'abondance. 10.11 Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis. 10.12 Mais le mercenaire, qui n'est pas le berger, et à qui n'appartiennent pas les brebis, voit venir le loup, abandonne les brebis, et prend la fuite; et le loup les ravit et les disperse. 10.13 Le mercenaire s'enfuit, parce qu'il est mercenaire, et qu'il ne se met point en peine des brebis. Je suis le bon berger. 10.14 Je connais mes brebis, et elles me connaissent, 10.15 comme le Père me connaît et comme je connais le Père; et je donne ma vie pour mes brebis. 10.16 J'ai encore d'autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie; celles-là, il faut que je les amène; elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger. 10.17 Le Père m'aime, parce que je donne ma vie, afin de la reprendre. 10.18 Personne ne me l'ôte, mais je la donne de moi-même; j'ai le pouvoir de la donner, et j'ai le pouvoir de la reprendre: tel est l'ordre que j'ai reçu de mon Père. 10.19 Il y eut de nouveau, à cause de ces paroles, division parmi les Juifs. 10.20 Plusieurs d'entre eux disaient: Il a un démon, il est fou; pourquoi l'écoutez-vous? 10.21 D'autres disaient: Ce ne sont pas les paroles d'un démoniaque; un démon peut-il ouvrir les yeux des aveugles? 10.22 On célébrait à Jérusalem la fête de la Dédicace. C'était l'hiver. 10.23 Et Jésus se promenait dans le temple, sous le portique de Salomon. 10.24 Les Juifs l'entourèrent, et lui dirent: Jusques à quand tiendras-tu notre esprit en suspens? Si tu es le Christ, dis-le nous franchement. 10.25 Jésus leur répondit: Je vous l'ai dit, et vous ne croyez pas. Les oeuvres que je fais au nom de mon Père rendent témoignage de moi. 10.26 Mais vous ne croyez pas, parce que vous n'êtes pas de mes brebis. 10.27 Mes brebis entendent ma voix; je les connais, et elles me suivent. 10.28 Je leur donne la vie éternelle; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main. 10.29 Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tous; et personne ne peut les ravir de la main de mon Père. 10.30 Moi et le Père nous sommes un. 10.31 Alors les Juifs prirent de nouveau des pierres pour le lapider. 10.32 Jésus leur dit: Je vous ai fait voir plusieurs bonnes oeuvres venant de mon Père: pour laquelle me lapidez-vous? 10.33 Les Juifs lui répondirent: Ce n'est point pour une bonne oeuvre que nous te lapidons, mais pour un blasphème, et parce que toi, qui es un homme, tu te fais Dieu. 10.34 Jésus leur répondit: N'est-il pas écrit dans votre loi: J'ai dit: Vous êtes des dieux? 10.35 Si elle a appelé dieux ceux à qui la parole de Dieu a été adressée, et si l'Écriture ne peut être anéantie, 10.36 celui que le Père a sanctifié et envoyé dans le monde, vous lui dites: Tu blasphèmes! Et cela parce que j'ai dit: Je suis le Fils de Dieu. 10.37 Si je ne fais pas les oeuvres de mon Père, ne me croyez pas. 10.38 Mais si je les fais, quand même vous ne me croyez point, croyez à ces oeuvres, afin que vous sachiez et reconnaissiez que le Père est en moi et que je suis dans le Père. 10.39 Là-dessus, ils cherchèrent encore à le saisir, mais il s'échappa de leurs mains. 10.40 Jésus s'en alla de nouveau au delà du Jourdain, dans le lieu où Jean avait d'abord baptisé. Et il y demeura. 10.41 Beaucoup de gens vinrent à lui, et ils disaient: Jean n'a fait aucun miracle; mais tout ce que Jean a dit de cet homme était vrai. 10.42 Et, dans ce lieu-là, plusieurs crurent en lui.
- Chapitre 10 -
10.1 En vérité, en vérité, je vous dis : Celui qui n'entre pas par la porte dans la bergerie des brebis, mais qui y monte par ailleurs, celui-là est un voleur et un larron. 10.2 Mais celui qui entre par la porte, est le berger des brebis. 10.3 A celui-ci le portier ouvre ; et les brebis écoutent sa voix ; et il appelle ses propres brebis par leur nom, et les mène dehors. 10.4 Et quand il a mis dehors toutes ses propres [brebis], il va devant elles ; et les brebis le suivent, car elles connaissent sa voix ; 10.5 mais elles ne suivront point un étranger, mais elles s'enfuiront loin de lui, parce qu'elles ne connaissent pas la voix des étrangers. 10.6 Jésus leur dit cette similitude ; mais ils ne comprirent pas ce que c'était qu'il leur disait. 10.7 Jésus donc leur dit encore : En vérité, en vérité, je vous dis que moi je suis la porte des brebis. 10.8 Tous, autant qu'il en est venu avant moi, sont des voleurs et des larrons ; mais les brebis ne les ont pas écoutés. 10.9 Moi, je suis la porte : si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé ; et il entrera et il sortira, et il trouvera de la pâture. 10.10 Le voleur ne vient que pour voler, et tuer, et détruire : moi, je suis venu afin qu'elles aient la vie, et qu'elles l'aient en abondance. 10.11 Moi, je suis le bon berger : le bon berger met sa vie pour les brebis ; 10.12 mais l'homme qui reçoit des gages, et qui n'est pas le berger, à qui les brebis n'appartiennent pas en propre, voit venir le loup, et laisse les brebis, et s'enfuit ; et le loup les ravit, et il disperse les brebis. 10.13 Or l'homme à gages s'enfuit, parce qu'il est un homme à gages et qu'il ne se met pas en souci des brebis. 10.14 Moi, je suis le bon berger, et je connais les miens et je suis connu des miens, 10.15 comme le Père me connaît et moi je connais le Père ; et je mets ma vie pour les brebis. 10.16 Et j'ai d'autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie ; il faut que je les amène, elles aussi ; et elles écouteront ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger. 10.17 A cause de ceci le Père m'aime, c'est que moi je laisse ma vie, afin que je la reprenne. 10.18 Personne ne me l'ôte, mais moi, je la laisse de moi-même ; j'ai le pouvoir de la laisser, et j'ai le pouvoir de la reprendre : j'ai reçu ce commandement de mon Père. 10.19 Il y eut encore de la division parmi les Juifs à cause de ces paroles ; 10.20 et plusieurs d'entre eux disaient : Il a un démon, et il est fou ; pourquoi l'écoutez-vous ? 10.21 D'autres disaient : Ces paroles ne sont pas d'un démoniaque ; un démon peut-il ouvrir les yeux des aveugles ? 10.22 Or la fête de la Dédicace se célébrait à Jérusalem, et c'était en hiver. 10.23 Et Jésus se promenait dans le temple, au portique de Salomon. 10.24 Les Juifs donc l'environnèrent et lui dirent : Jusques à quand tiens-tu notre âme en suspens ? Si toi, tu es le Christ, dis-le nous franchement. 10.25 Jésus leur répondit : Je vous l'ai dit, et vous ne croyez pas. Les oeuvres que moi je fais au nom de mon Père, celles-ci rendent témoignage de moi ; 10.26 mais vous, vous ne croyez pas, car vous n'êtes pas de mes brebis, comme je vous l'ai dit. 10.27 Mes brebis écoutent ma voix, et moi je les connais, et elles me suivent, 10.28 et moi, je leur donne la vie éternelle, et elles ne périront jamais ; et personne ne les ravira de ma main. 10.29 Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tous, et personne ne peut les ravir de la main de mon Père. 10.30 Moi et le Père, nous sommes un. 10.31 Les Juifs donc levèrent encore des pierres pour le lapider. 10.32 Jésus leur répondit : Je vous ai fait voir plusieurs bonnes oeuvres de la part de mon Père : pour laquelle de ces oeuvres me lapidez-vous ? 10.33 Les Juifs lui répondirent : Nous ne te lapidons pas pour une bonne oeuvre, mais pour blasphème ; et parce toi, étant homme, tu te fais Dieu. 10.34 Jésus leur répondit : N'est-il pas écrit dans votre loi : " Moi j'ai dit : Vous êtes des dieux " ?. 10.35 S'il appelle dieux ceux à qui la parole de Dieu est venue (et l'écriture ne peut être anéantie), 10.36 dites-vous à celui que le Père a sanctifié, et qu'il a envoyé dans le monde : Tu blasphèmes, parce que j'ai dit : Je suis le Fils de Dieu ? 10.37 Si je ne fais pas les oeuvres de mon Père, ne me croyez pas ; 10.38 mais si je les fais, alors même que vous ne me croiriez pas, croyez les oeuvres, afin que vous connaissiez et que vous croyiez que le Père est en moi, et moi en lui. 10.39 Ils cherchaient donc encore à le prendre ; mais il échappa de leur main 10.40 et s'en alla encore au delà du Jourdain, à l'endroit où Jean avait baptisé au commencement, et il demeura là. 10.41 Et plusieurs vinrent à lui, et ils disaient : Jean n'a fait aucun miracle ; mais toutes les choses que Jean a dites de celui-ci étaient vraies. 10.42 Et plusieurs crurent là en lui.


[ Lire la suite... ]



Nouveau Testament
01- Matthieu
02- Marc
03- Luc
04- Jean
05- Actes des Apôtres
06- Romains
07- 1 Corinthiens
08- 2 Corinthiens
09- Galates
10- Éphésiens
11- Philippiens
12- Colossiens
13- 1 Thessaloniciens
14- 2 Thessaloniciens
15- 1 Timothée
16- 2 Timothée
17- Tite
18- Philémon
19- Hébreux
20- Jacques
21- 1 Pierre
22- 2 Pierre
23- 1 Jean
24- 2 Jean
25- 3 Jean
26- Jude
27- Apocalypse

Ancien Testament
01- Genèse
02- Exode
03- Lévitique
04- Nombres
05- Deutéronome
06- Josué
07- Juges
08- Ruth
09- 1 Samuel
10- 2 Samuel
11- 1 Rois
12- 2 Rois
13- 1 Chroniques
14- 2 Chroniques
15- Esdras
16- Néhémie
17- Esther
18- Job
19- Psaumes
20- Proverbes
21- Ecclésiaste
22- Cantique des cantiques
23- Ésaïe
24- Jérémie
25- Lamentations de Jérémie
26- Ézéchiel
27- Daniel
28- Osée
29- Joël
30- Amos
31- Abdias
32- Jonas
33- Michée
34- Nahum
35- Habacuc
36- Sophonie
37- Aggée
38- Zacharie
39- Malachie

Bible2000.Net