Bible2000.net Psaumes 119.130 : "La révélation de tes paroles éclaire, elle donne de l'intelligence aux simples."
 
Accueil | Bible | Sujets bibliques | Multimédia | Logiciels | Divers


Chapitres : [ 1 à 10 ] - [ 11 à 16 ]

1re lettre de Paul aux Corinthiens
Version 'Louis Segond 1910'

- Chapitre 11 -
11.1 -Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-même de Christ. 11.2 Je vous loue de ce que vous vous souvenez de moi à tous égards, et de ce que vous retenez mes instructions telles que je vous les ai données. 11.3 Je veux cependant que vous sachiez que Christ est le chef de tout homme, que l'homme est le chef de la femme, et que Dieu est le chef de Christ. 11.4 Tout homme qui prie ou qui prophétise, la tête couverte, déshonore son chef. 11.5 Toute femme, au contraire, qui prie ou qui prophétise, la tête non voilée, déshonore son chef: c'est comme si elle était rasée. 11.6 Car si une femme n'est pas voilée, qu'elle se coupe aussi les cheveux. Or, s'il est honteux pour une femme d'avoir les cheveux coupés ou d'être rasée, qu'elle se voile. 11.7 L'homme ne doit pas se couvrir la tête, puisqu'il est l'image et la gloire de Dieu, tandis que la femme est la gloire de l'homme. 11.8 En effet, l'homme n'a pas été tiré de la femme, mais la femme a été tirée de l'homme; 11.9 et l'homme n'a pas été créé à cause de la femme, mais la femme a été créée à cause de l'homme. 11.10 C'est pourquoi la femme, à cause des anges, doit avoir sur la tête une marque de l'autorité dont elle dépend. 11.11 Toutefois, dans le Seigneur, la femme n'est point sans l'homme, ni l'homme sans la femme. 11.12 Car, de même que la femme a été tirée de l'homme, de même l'homme existe par la femme, et tout vient de Dieu. 11.13 Jugez-en vous-mêmes: est-il convenable qu'une femme prie Dieu sans être voilée? 11.14 La nature elle-même ne vous enseigne-t-elle pas que c'est une honte pour l'homme de porter de longs cheveux, 11.15 mais que c'est une gloire pour la femme d'en porter, parce que la chevelure lui a été donnée comme voile? 11.16 Si quelqu'un se plaît à contester, nous n'avons pas cette habitude, non plus que les Églises de Dieu. 11.17 En donnant cet avertissement, ce que je ne loue point, c'est que vous vous assemblez, non pour devenir meilleurs, mais pour devenir pires. 11.18 Et d'abord, j'apprends que, lorsque vous vous réunissez en assemblée, il y a parmi vous des divisions, -et je le crois en partie, 11.19 car il faut qu'il y ait aussi des sectes parmi vous, afin que ceux qui sont approuvés soient reconnus comme tels au milieu de vous. - 11.20 Lors donc que vous vous réunissez, ce n'est pas pour manger le repas du Seigneur; 11.21 car, quand on se met à table, chacun commence par prendre son propre repas, et l'un a faim, tandis que l'autre est ivre. 11.22 N'avez-vous pas des maisons pour y manger et boire? Ou méprisez-vous l'Église de Dieu, et faites-vous honte à ceux qui n'ont rien? Que vous dirai-je? Vous louerai-je? En cela je ne vous loue point. 11.23 Car j'ai reçu du Seigneur ce que je vous ai enseigné; c'est que le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré, prit du pain, 11.24 et, après avoir rendu grâces, le rompit, et dit: Ceci est mon corps, qui est rompu pour vous; faites ceci en mémoire de moi. 11.25 De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez. 11.26 Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne. 11.27 C'est pourquoi celui qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur. 11.28 Que chacun donc s'éprouve soi-même, et qu'ainsi il mange du pain et boive de la coupe; 11.29 car celui qui mange et boit sans discerner le corps du Seigneur, mange et boit un jugement contre lui-même. 11.30 C'est pour cela qu'il y a parmi vous beaucoup d'infirmes et de malades, et qu'un grand nombre sont morts. 11.31 Si nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés. 11.32 Mais quand nous sommes jugés, nous sommes châtiés par le Seigneur, afin que nous ne soyons pas condamnés avec le monde. 11.33 Ainsi, mes frères, lorsque vous vous réunissez pour le repas, attendez-vous les uns les autres. 11.34 Si quelqu'un a faim, qu'il mange chez lui, afin que vous ne vous réunissiez pas pour attirer un jugement sur vous. Je réglerai les autres choses quand je serai arrivé.
Version 'J.N. Darby 1872'

- Chapitre 11 -
11.1 Soyez mes imitateurs, comme moi aussi je le suis de Christ. 11.2 Or je vous loue de ce que vous vous souvenez de moi en toutes choses, et de ce que vous gardez les enseignements, comme je vous les ai donnés. 11.3 Mais je veux que vous sachiez que le chef de tout homme, c’est le Christ, et que le chef de la femme, c’est l’homme, et que le chef du Christ, c’est Dieu. 11.4 Tout homme qui prie ou qui prophétise en ayant [quelque chose] sur la tête, déshonore sa tête ; 11.5 et toute femme qui prie ou qui prophétise, la tête découverte, déshonore sa tête, car c’est la même chose qu’une femme qui serait rasée. 11.6 Car si la femme n’est pas couverte, qu’on lui coupe aussi les cheveux. Mais s’il est déshonnête pour une femme d’avoir les cheveux coupés ou d’être rasée, qu’elle soit couverte. 11.7 Car l’homme, étant l’image et la gloire de Dieu, ne doit pas se couvrir la tête ; mais la femme est la gloire de l’homme. 11.8 Car l’homme ne procède pas de la femme, mais la femme de l’homme ; 11.9 car aussi l’homme n’a pas été créé à cause de la femme, mais la femme à cause de l’homme. 11.10 C’est pourquoi la femme, à cause des anges, doit avoir sur la tête [une marque de l’] autorité [à laquelle elle est soumise]. 11.11 Toutefois, ni la femme n’est sans l’homme, ni l’homme sans la femme, dans le Seigneur ; 11.12 car comme la femme procède de l’homme, ainsi aussi l’homme est par la femme ; mais toutes choses procèdent de Dieu. 11.13 Jugez-en en vous-mêmes : est- il convenable qu’une femme prie Dieu sans être couverte ? 11.14 La nature même ne vous enseigne-t-elle pas que, si un homme a une longue chevelure, c’est un déshonneur pour lui ? 11.15 Mais si une femme a une longue chevelure, c’est une gloire pour elle, parce que la chevelure lui est donnée en guise de voile. 11.16 Mais si quelqu’un paraît vouloir contester, nous, nous n’avons pas une telle coutume, ni les assemblées de Dieu. 11.17 Or, en prescrivant ceci, je ne [vous] loue pas,- c’est que vous vous réunissez, non pas pour votre profit, mais à votre détriment. 11.18 Car d’abord, quand vous vous réunissez en assemblée, j’entends dire qu’il y a des divisions parmi vous, et je le crois en partie ; 11.19 car il faut aussi qu’il y ait des sectes parmi vous, afin que ceux qui sont approuvés soient manifestes parmi vous. 11.20 Quand donc vous vous réunissez ensemble, ce n’est pas manger la cène dominicale : 11.21 car lorsqu’on mange, chacun prend par avance son propre souper, et l’un a faim, et l’autre s’enivre. 11.22 N’avez-vous donc pas des maisons pour manger et pour boire ? Ou méprisez-vous l’assemblée de Dieu, et faites-vous honte à ceux qui n’ont rien ? Que vous dirai-je ? Vous louerai-je ? En cela, je ne vous loue pas. 11.23 Car moi, j’ai reçu du Seigneur ce qu’aussi je vous ai enseigné : c’est que le seigneur Jésus, la nuit qu’il fut livré, prit du pain, 11.24 et après avoir rendu grâces, il le rompit et dit : " Ceci est mon corps, qui est pour vous ; faites ceci en mémoire de moi. " 11.25 De même [il prit] la coupe aussi, après le souper, en disant : " Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang : faites ceci, toutes les fois que vous la boirez, en mémoire de moi. " 11.26 Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez la coupe, vous annoncez la mort du Seigneur jusqu’à ce qu’il vienne. 11.27 Ainsi quiconque mange le pain ou boit la coupe du Seigneur indignement sera coupable à l’égard du corps et du sang du Seigneur. 11.28 Mais que chacun s’éprouve soi-même, et qu’ainsi il mange du pain et boive de la coupe ; 11.29 car celui qui mange et qui boit, mange et boit un jugement contre lui-même, ne distinguant pas le corps. 11.30 C’est pour cela que plusieurs sont faibles et malades parmi vous, et qu’un assez grand nombre dorment. 11.31 Mais, si nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés. 11.32 Mais quand nous sommes jugés, nous sommes châtiés par le Seigneur, afin que nous ne soyons pas condamnés avec le monde. 11.33 Ainsi, mes frères, quand vous vous réunissez pour manger, attendez-vous l’un l’autre ; 11.34 si quelqu’un a faim, qu’il mange chez lui, afin que vous ne vous réunissiez pas pour être jugés. Or, quant aux autres points, je les réglerai quand j’irai [vers vous].
- Chapitre 12 -
12.1 -Pour ce qui concerne les dons spirituels, je ne veux pas, frères, que vous soyez dans l'ignorance. 12.2 Vous savez que, lorsque vous étiez païens, vous vous laissiez entraîner vers les idoles muettes, selon que vous étiez conduits. 12.3 C'est pourquoi je vous déclare que nul, s'il parle par l'Esprit de Dieu, ne dit: Jésus est anathème! et que nul ne peut dire: Jésus est le Seigneur! si ce n'est par le Saint Esprit. 12.4 Il y a diversité de dons, mais le même Esprit; 12.5 diversité de ministères, mais le même Seigneur; 12.6 diversité d'opérations, mais le même Dieu qui opère tout en tous. 12.7 Or, à chacun la manifestation de l'Esprit est donnée pour l'utilité commune. 12.8 En effet, à l'un est donnée par l'Esprit une parole de sagesse; à un autre, une parole de connaissance, selon le même Esprit; 12.9 à un autre, la foi, par le même Esprit; à un autre, le don des guérisons, par le même Esprit; 12.10 à un autre, le don d'opérer des miracles; à un autre, la prophétie; à un autre, le discernement des esprits; à un autre, la diversité des langues; à un autre, l'interprétation des langues. 12.11 Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut. 12.12 Car, comme le corps est un et a plusieurs membres, et comme tous les membres du corps, malgré leur nombre, ne forment qu'un seul corps, ainsi en est-il de Christ. 12.13 Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres, et nous avons tous été abreuvés d'un seul Esprit. 12.14 Ainsi le corps n'est pas un seul membre, mais il est formé de plusieurs membres. 12.15 Si le pied disait: Parce que je ne suis pas une main, je ne suis pas du corps-ne serait-il pas du corps pour cela? 12.16 Et si l'oreille disait: Parce que je ne suis pas un oeil, je ne suis pas du corps, -ne serait-elle pas du corps pour cela? 12.17 Si tout le corps était oeil, où serait l'ouïe? S'il était tout ouïe, où serait l'odorat? 12.18 Maintenant Dieu a placé chacun des membres dans le corps comme il a voulu. 12.19 Si tous étaient un seul membre, où serait le corps? 12.20 Maintenant donc il y a plusieurs membres, et un seul corps. 12.21 L'oeil ne peut pas dire à la main: Je n'ai pas besoin de toi; ni la tête dire aux pieds: Je n'ai pas besoin de vous. 12.22 Mais bien plutôt, les membres du corps qui paraissent être les plus faibles sont nécessaires; 12.23 et ceux que nous estimons être les moins honorables du corps, nous les entourons d'un plus grand honneur. Ainsi nos membres les moins honnêtes reçoivent le plus d'honneur, 12.24 tandis que ceux qui sont honnêtes n'en ont pas besoin. Dieu a disposé le corps de manière à donner plus d'honneur à ce qui en manquait, 12.25 afin qu'il n'y ait pas de division dans le corps, mais que les membres aient également soin les uns des autres. 12.26 Et si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui; si un membre est honoré, tous les membres se réjouissent avec lui. 12.27 Vous êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part. 12.28 Et Dieu a établi dans l'Église premièrement des apôtres, secondement des prophètes, troisièmement des docteurs, ensuite ceux qui ont le don des miracles, puis ceux qui ont les dons de guérir, de secourir, de gouverner, de parler diverses langues. 12.29 Tous sont-ils apôtres? Tous sont-ils prophètes? Tous sont-ils docteurs? 12.30 Tous ont-ils le don des miracles? Tous ont-ils le don des guérisons? Tous parlent-ils en langues? Tous interprètent-ils? 12.31 Aspirez aux dons les meilleurs. Et je vais encore vous montrer une voie par excellence.
- Chapitre 12 -
12.1 Or, pour ce qui est des [manifestations] spirituelles, frères, je ne veux pas que vous soyez ignorants. 12.2 Vous savez que, quand vous étiez [gens des] nations, [vous étiez] entraînés vers les idoles muettes, selon que vous étiez menés. 12.3 C’est pourquoi je vous fais savoir que nul homme parlant par l’Esprit de Dieu, ne dit : " Anathème [à] Jésus " ; et que nul ne peut dire " Seigneur Jésus ", si ce n’est par l’Esprit Saint. 12.4 Or il y a diversité de dons de grâce, mais le même Esprit : 12.5 et il y a diversité de services, et le même Seigneur ; 12.6 et il y a diversité d’opérations, mais le même Dieu qui opère tout en tous. 12.7 Or à chacun est donnée la manifestation de l’Esprit en vue de l’utilité. 12.8 Car à l’un est donnée, par l’Esprit, la parole de sagesse ; et à un autre la parole de connaissance, selon le même Esprit ; 12.9 et à un autre la foi, par le même Esprit ; et à un autre des dons de grâce de guérisons, par le même Esprit ; 12.10 et à un autre des opérations de miracles ; et à un autre la prophétie ; et à un autre des discernements d’esprits ; et à un autre [diverses] sortes de langues ; et à un autre l’interprétation des langues. 12.11 Mais le seul et même Esprit opère toutes ces choses, distribuant à chacun en particulier comme il lui plaît. 12.12 Car de même que le corps est un et qu’il a plusieurs membres, mais que tous les membres du corps, quoiqu’ils soient plusieurs, sont un seul corps, ainsi aussi est le Christ. 12.13 Car aussi nous avons tous été baptisés d’un seul Esprit pour être un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit hommes libres ; et nous avons tous été abreuvés pour [l’unité d’] un seul Esprit. 12.14 Car aussi le corps n’est pas un seul membre, mais plusieurs. 12.15 Si le pied disait : Parce que je ne suis pas main, je ne suis pas du corps, est-ce qu’à cause de cela il n’est pas du corps ? 12.16 Et si l’oreille disait : Parce que je ne suis pas oeil, je ne suis pas du corps, est-ce qu’à cause de cela elle n’est pas du corps ? 12.17 Si le corps tout entier était oeil, où serait l’ouïe ? Si tout était ouïe, où serait l’odorat ? 12.18 Mais maintenant, Dieu a placé les membres, - chacun d’eux, - dans le corps, comme il l’a voulu. 12.19 Or, si tous étaient un seul membre, où serait le corps ? 12.20 Mais maintenant les membres sont plusieurs, mais le corps, un. 12.21 L’oeil ne peut pas dire à la main : Je n’ai pas besoin de toi ; ou bien encore la tête, aux pieds : Je n’ai pas besoin de vous ; 12.22 - mais bien plutôt les membres du corps qui paraissent être les plus faibles, sont nécessaires ; 12.23 et les membres du corps que nous estimons être les moins honorables, nous les environnons d’un honneur plus grand ; et nos membres qui ne sont pas décents sont les plus parés, 12.24 tandis que nos membres décents n’en ont pas besoin. Mais Dieu a composé le corps en donnant un plus grand honneur à ce qui en manquait, 12.25 afin qu’il n’y ait point de division dans le corps, mais que les membres aient un égal soin les uns des autres. 12.26 Et si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui ; si un membre est glorifié, tous les membres se réjouissent avec lui. 12.27 Or vous êtes le corps de Christ, et [ses] membres chacun en particulier. 12.28 Et Dieu a placé les uns dans l’assemblée : - d’abord des apôtres, en second lieu des prophètes, en troisième lieu des docteurs, ensuite des miracles, puis des dons de grâce de guérisons, des aides, des gouvernements, [diverses] sortes de langues. 12.29 Tous sont-ils apôtres ? Tous sont-ils prophètes ? Tous sont-ils docteurs ? Tous [font-ils] des miracles ? 12.30 Tous ont-ils des dons de grâce de guérisons ? Tous parlent-ils en langues ? 12.31 Tous interprètent-ils ? Or désirez avec ardeur des dons de grâce plus grands : et je vous montre encore un chemin bien plus excellent.
- Chapitre 13 -
13.1 -Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas la charité, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit. 13.2 Et quand j'aurais le don de prophétie, la science de tous les mystères et toute la connaissance, quand j'aurais même toute la foi jusqu'à transporter des montagnes, si je n'ai pas la charité, je ne suis rien. 13.3 Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais même mon corps pour être brûlé, si je n'ai pas la charité, cela ne me sert de rien. 13.4 La charité est patiente, elle est pleine de bonté; la charité n'est point envieuse; la charité ne se vante point, elle ne s'enfle point d'orgueil, 13.5 elle ne fait rien de malhonnête, elle ne cherche point son intérêt, elle ne s'irrite point, elle ne soupçonne point le mal, 13.6 elle ne se réjouit point de l'injustice, mais elle se réjouit de la vérité; 13.7 elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout. 13.8 La charité ne périt jamais. Les prophéties prendront fin, les langues cesseront, la connaissance disparaîtra. 13.9 Car nous connaissons en partie, et nous prophétisons en partie, 13.10 mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel disparaîtra. 13.11 Lorsque j'étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant; lorsque je suis devenu homme, j'ai fait disparaître ce qui était de l'enfant. 13.12 Aujourd'hui nous voyons au moyen d'un miroir, d'une manière obscure, mais alors nous verrons face à face; aujourd'hui je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme j'ai été connu. 13.13 Maintenant donc ces trois choses demeurent: la foi, l'espérance, la charité; mais la plus grande de ces choses, c'est la charité.
- Chapitre 13 -
13.1 Si je parle dans les langues des hommes et des anges, mais que je n’aie pas l’amour, je suis comme un airain qui résonne ou comme une cymbale retentissante. 13.2 Et si j’ai la prophétie, et que je connaisse tous les mystères et toute connaissance, et que j’aie toute la foi de manière à transporter des montagnes, mais que je n’aie pas l’amour, je ne suis rien. 13.3 Et quand je distribuerais en aliments tous mes biens, et que je livrerais mon corps afin que je fusse brûlé, mais que je n’aie pas l’amour, cela ne me profite de rien. 13.4 L’amour use de longanimité ; il est plein de bonté ; l’amour n’est pas envieux ; l’amour ne se vante pas ; il ne s’enfle pas d’orgueil ; 13.5 il n’agit pas avec inconvenance ; il ne cherche pas son propre intérêt ; il ne s’irrite pas ; 13.6 il n’impute pas le mal ; il ne se réjouit pas de l’injustice, mais se réjouit avec la vérité ; 13.7 il supporte tout, croit tout, espère tout, endure tout. 13.8 L’amour ne périt jamais. Or y a-t-il des prophéties ? elles auront leur fin. Y a-t-il des langues ? elles cesseront. Y a-t-il de la connaissance ? elle aura sa fin. 13.9 Car nous connaissons en partie, et nous prophétisons en partie ; 13.10 mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est en partie aura sa fin. 13.11 Quand j’étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant ; quand je suis devenu homme, j’en ai fini avec ce qui était de l’enfant. 13.12 Car nous voyons maintenant au travers d’un verre, obscurément, mais alors face à face ; maintenant je connais en partie, mais alors je connaîtrai à fond comme aussi j’ai été connu. 13.13 Or maintenant ces trois choses demeurent : la foi, l’espérance, l’amour ; mais la plus grande de ces choses, c’est l’amour.
- Chapitre 14 -
14.1 -Recherchez la charité. Aspirez aussi aux dons spirituels, mais surtout à celui de prophétie. 14.2 En effet, celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car personne ne le comprend, et c'est en esprit qu'il dit des mystères. 14.3 Celui qui prophétise, au contraire, parle aux hommes, les édifie, les exhorte, les console. 14.4 Celui qui parle en langue s'édifie lui-même; celui qui prophétise édifie l'Église. 14.5 Je désire que vous parliez tous en langues, mais encore plus que vous prophétisiez. Celui qui prophétise est plus grand que celui qui parle en langues, à moins que ce dernier n'interprète, pour que l'Église en reçoive de l'édification. 14.6 Et maintenant, frères, de quelle utilité vous serais-je, si je venais à vous parlant en langues, et si je ne vous parlais pas par révélation, ou par connaissance, ou par prophétie, ou par doctrine? 14.7 Si les objets inanimés qui rendent un son, comme une flûte ou une harpe, ne rendent pas des sons distincts, comment reconnaîtra-t-on ce qui est joué sur la flûte ou sur la harpe? 14.8 Et si la trompette rend un son confus, qui se préparera au combat? 14.9 De même vous, si par la langue vous ne donnez pas une parole distincte, comment saura-t-on ce que vous dites? Car vous parlerez en l'air. 14.10 Quelque nombreuses que puissent être dans le monde les diverses langues, il n'en est aucune qui ne soit une langue intelligible; 14.11 si donc je ne connais pas le sens de la langue, je serai un barbare pour celui qui parle, et celui qui parle sera un barbare pour moi. 14.12 De même vous, puisque vous aspirez aux dons spirituels, que ce soit pour l'édification de l'Église que vous cherchiez à en posséder abondamment. 14.13 C'est pourquoi, que celui qui parle en langue prie pour avoir le don d'interpréter. 14.14 Car si je prie en langue, mon esprit est en prière, mais mon intelligence demeure stérile. 14.15 Que faire donc? Je prierai par l'esprit, mais je prierai aussi avec l'intelligence; je chanterai par l'esprit, mais je chanterai aussi avec l'intelligence. 14.16 Autrement, si tu rends grâces par l'esprit, comment celui qui est dans les rangs de l'homme du peuple répondra-t-il Amen! à ton action de grâces, puisqu'il ne sait pas ce que tu dis? 14.17 Tu rends, il est vrai, d'excellentes actions de grâces, mais l'autre n'est pas édifié. 14.18 Je rends grâces à Dieu de ce que je parle en langue plus que vous tous; 14.19 mais, dans l'Église, j'aime mieux dire cinq paroles avec mon intelligence, afin d'instruire aussi les autres, que dix mille paroles en langue. 14.20 Frères, ne soyez pas des enfants sous le rapport du jugement; mais pour la malice, soyez enfants, et, à l'égard du jugement, soyez des hommes faits. 14.21 Il est écrit dans la loi: C'est par des hommes d'une autre langue Et par des lèvres d'étrangers Que je parlerai à ce peuple, Et ils ne m'écouteront pas même ainsi, dit le Seigneur. 14.22 Par conséquent, les langues sont un signe, non pour les croyants, mais pour les non-croyants; la prophétie, au contraire, est un signe, non pour les non-croyants, mais pour les croyants. 14.23 Si donc, dans une assemblée de l'Église entière, tous parlent en langues, et qu'il survienne des hommes du peuple ou des non-croyants, ne diront-ils pas que vous êtes fous? 14.24 Mais si tous prophétisent, et qu'il survienne quelque non-croyant ou un homme du peuple, il est convaincu par tous, il est jugé par tous, 14.25 les secrets de son coeur sont dévoilés, de telle sorte que, tombant sur sa face, il adorera Dieu, et publiera que Dieu est réellement au milieu de vous. 14.26 Que faire donc, frères? Lorsque vous vous assemblez, les uns ou les autres parmi vous ont-ils un cantique, une instruction, une révélation, une langue, une interprétation, que tout se fasse pour l'édification. 14.27 En est-il qui parlent en langue, que deux ou trois au plus parlent, chacun à son tour, et que quelqu'un interprète; 14.28 s'il n'y a point d'interprète, qu'on se taise dans l'Église, et qu'on parle à soi-même et à Dieu. 14.29 Pour ce qui est des prophètes, que deux ou trois parlent, et que les autres jugent; 14.30 et si un autre qui est assis a une révélation, que le premier se taise. 14.31 Car vous pouvez tous prophétiser successivement, afin que tous soient instruits et que tous soient exhortés. 14.32 Les esprits des prophètes sont soumis aux prophètes; 14.33 car Dieu n'est pas un Dieu de désordre, mais de paix. Comme dans toutes les Églises des saints, 14.34 que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d'y parler; mais qu'elles soient soumises, selon que le dit aussi la loi. 14.35 Si elles veulent s'instruire sur quelque chose, qu'elles interrogent leurs maris à la maison; car il est malséant à une femme de parler dans l'Église. 14.36 Est-ce de chez vous que la parole de Dieu est sortie? ou est-ce à vous seuls qu'elle est parvenue? 14.37 Si quelqu'un croit être prophète ou inspiré, qu'il reconnaisse que ce que je vous écris est un commandement du Seigneur. 14.38 Et si quelqu'un l'ignore, qu'il l'ignore. 14.39 Ainsi donc, frères, aspirez au don de prophétie, et n'empêchez pas de parler en langues. 14.40 Mais que tout se fasse avec bienséance et avec ordre.
- Chapitre 14 -
14.1 Poursuivez l’amour, et désirez avec ardeur les [dons] spirituels, mais surtout de prophétiser. 14.2 Parce que celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car personne ne l’entend ; mais en esprit il prononce des mystères. 14.3 Mais celui qui prophétise parle aux hommes pour l’édification, et l’exhortation, et la consolation. 14.4 Celui qui parle en langue s’édifie lui-même ; mais celui qui prophétise édifie l’assemblée. 14.5 Or je désire que tous vous parliez en langues, mais surtout que vous prophétisiez ; mais celui qui prophétise est plus grand que celui qui parle en langues, à moins qu’il n’interprète, afin que l’assemblée reçoive de l’édification. 14.6 Et maintenant, frères, si je viens à vous et que je parle en langues, en quoi vous profiterai-je, à moins que je ne vous parle par révélation, ou par connaissance, ou par prophétie, ou par doctrine ? 14.7 De même les choses inanimées qui rendent un son, soit une flûte, soit une harpe, si elles ne rendent pas des sons distincts, comment connaîtra-t-on ce qui est joué sur la flûte ou sur la harpe ? 14.8 Car aussi, si la trompette rend un son confus, qui se préparera pour le combat ? 14.9 De même aussi vous, avec une langue, si vous ne prononcez pas un discours intelligible, comment saura-t-on ce qui est dit, car vous parlerez en l’air ? 14.10 Il y a je ne sais combien de genres de voix dans le monde, et aucune d’elles n’est sans son distinct. 14.11 Si donc je ne connais pas le sens de la voix, je serai barbare pour celui qui parle, et celui qui parle sera barbare pour moi. 14.12 Ainsi vous aussi, puisque vous désirez avec ardeur des dons de l’Esprit, cherchez à en être abondamment doués pour l’édification de l’assemblée. 14.13 C’est pourquoi, que celui qui parle en langue prie pour qu’il interprète. 14.14 Car si je prie en langue, mon esprit prie, mais mon intelligence est sans fruit. 14.15 Qu’est-ce donc ? Je prierai avec l’esprit, mais je prierai aussi avec l’intelligence ; je chanterai avec l’esprit, mais je chanterai aussi avec l’intelligence. 14.16 Autrement, si tu as béni avec l’esprit, comment celui qui occupe la place d’un homme simple dira-t-il l’amen à ton action de grâces, puisqu’il ne sait ce que tu dis ? 14.17 Car toi, il est vrai, tu rends bien grâces ; mais l’autre n’est pas édifié. 14.18 Je rends grâces à Dieu de ce que je parle en langue plus que vous tous ; 14.19 mais, dans l’assemblée, j’aime mieux prononcer cinq paroles avec mon intelligence, afin que j’instruise aussi les autres, que dix mille paroles en langue. 14.20 Frères, ne soyez pas des enfants dans vos entendements, mais, pour la malice, soyez de petits enfants ; mais, dans vos entendements, soyez des hommes faits. 14.21 Il est écrit dans la loi : " C’est en d’autres langues et par des lèvres étrangères que je parlerai à ce peuple ; et même ainsi, ils ne m’écouteront pas, dit le *Seigneur ". 14.22 De sorte que les langues sont pour signe, non à ceux qui croient, mais aux incrédules ; mais la prophétie [est un signe], non aux incrédules, mais à ceux qui croient. 14.23 Si donc l’assemblée tout entière se réunit ensemble, et que tous parlent en langues, et qu’il entre des hommes simples ou des incrédules, ne diront ils pas que vous êtes fous ? 14.24 Mais si tous prophétisent, et qu’il entre quelque incrédule ou quelque homme simple, il est convaincu par tous, [et] il est jugé par tous : 14.25 les secrets de son coeur sont rendus manifestes ; et ainsi, tombant sur sa face, il rendra hommage à Dieu, publiant que Dieu est véritablement parmi vous. 14.26 Qu’est-ce donc, frères ? Quand vous vous réunissez, chacun de vous a un psaume, a un enseignement, a une langue, a une révélation, a une interprétation : que tout se fasse pour l’édification. 14.27 Et si quelqu’un parle en langue, que ce soient deux, ou tout au plus trois, [qui parlent], et chacun à son tour, et que [quelqu’] un interprète ; 14.28 mais s’il n’y a pas d’interprète, qu’il se taise dans l’assemblée, et qu’il parle à soi-même et à Dieu ; 14.29 et que les prophètes parlent, deux ou trois, et que les autres jugent; 14.30 et s’il y a eu une révélation faite à un autre qui est assis, que le premier se taise. 14.31 Car vous pouvez tous prophétiser un à un, afin que tous apprennent et que tous soient exhortés. 14.32 Et les esprits des prophètes sont assujettis aux prophètes. 14.33 Car Dieu n’est pas [un Dieu] de désordre, mais de paix, comme dans toutes les assemblées des saints. 14.34 Que vos femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis de parler ; mais qu’elles soient soumises, comme le dit aussi la loi. 14.35 Et si elles veulent apprendre quelque chose, qu’elles interrogent leurs propres maris chez elles, car il est honteux pour une femme de parler dans l’assemblée. 14.36 La parole de Dieu est-elle procédée de vous, ou est-elle parvenue à vous seuls ? 14.37 Si quelqu’un pense être prophète ou spirituel, qu’il reconnaisse que les choses que je vous écris sont le commandement du Seigneur. 14.38 Et si quelqu’un est ignorant, qu’il soit ignorant. 14.39 Ainsi, frères, désirez avec ardeur de prophétiser, et n’empêchez pas de parler en langues. 14.40 Mais que toutes choses se fassent avec bienséance et avec ordre.
- Chapitre 15 -
15.1 -Je vous rappelle, frères, l'Évangile que je vous ai annoncé, que vous avez reçu, dans lequel vous avez persévéré, 15.2 et par lequel vous êtes sauvés, si vous le retenez tel que je vous l'ai annoncé; autrement, vous auriez cru en vain. 15.3 Je vous ai enseigné avant tout, comme je l'avais aussi reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures; 15.4 qu'il a été enseveli, et qu'il est ressuscité le troisième jour, selon les Écritures; 15.5 et qu'il est apparu à Céphas, puis aux douze. 15.6 Ensuite, il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois, dont la plupart sont encore vivants, et dont quelques-uns sont morts. 15.7 Ensuite, il est apparu à Jacques, puis à tous les apôtres. 15.8 Après eux tous, il m'est aussi apparu à moi, comme à l'avorton; 15.9 car je suis le moindre des apôtres, je ne suis pas digne d'être appelé apôtre, parce que j'ai persécuté l'Église de Dieu. 15.10 Par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n'a pas été vaine; loin de là, j'ai travaillé plus qu'eux tous, non pas moi toutefois, mais la grâce de Dieu qui est avec moi. 15.11 Ainsi donc, que ce soit moi, que ce soient eux, voilà ce que nous prêchons, et c'est ce que vous avez cru. 15.12 Or, si l'on prêche que Christ est ressuscité des morts, comment quelques-uns parmi vous disent-ils qu'il n'y a point de résurrection des morts? 15.13 S'il n'y a point de résurrection des morts, Christ non plus n'est pas ressuscité. 15.14 Et si Christ n'est pas ressuscité, notre prédication est donc vaine, et votre foi aussi est vaine. 15.15 Il se trouve même que nous sommes de faux témoins à l'égard de Dieu, puisque nous avons témoigné contre Dieu qu'il a ressuscité Christ, tandis qu'il ne l'aurait pas ressuscité, si les morts ne ressuscitent point. 15.16 Car si les morts ne ressuscitent point, Christ non plus n'est pas ressuscité. 15.17 Et si Christ n'est pas ressuscité, votre foi est vaine, vous êtes encore dans vos péchés, 15.18 et par conséquent aussi ceux qui sont morts en Christ sont perdus. 15.19 Si c'est dans cette vie seulement que nous espérons en Christ, nous sommes les plus malheureux de tous les hommes. 15.20 Mais maintenant, Christ est ressuscité des morts, il est les prémices de ceux qui sont morts. 15.21 Car, puisque la mort est venue par un homme, c'est aussi par un homme qu'est venue la résurrection des morts. 15.22 Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ, 15.23 mais chacun en son rang. Christ comme prémices, puis ceux qui appartiennent à Christ, lors de son avènement. 15.24 Ensuite viendra la fin, quand il remettra le royaume à celui qui est Dieu et Père, après avoir détruit toute domination, toute autorité et toute puissance. 15.25 Car il faut qu'il règne jusqu'à ce qu'il ait mis tous les ennemis sous ses pieds. 15.26 Le dernier ennemi qui sera détruit, c'est la mort. 15.27 Dieu, en effet, a tout mis sous ses pieds. Mais lorsqu'il dit que tout lui a été soumis, il est évident que celui qui lui a soumis toutes choses est excepté. 15.28 Et lorsque toutes choses lui auront été soumises, alors le Fils lui-même sera soumis à celui qui lui a soumis toutes choses, afin que Dieu soit tout en tous. 15.29 Autrement, que feraient ceux qui se font baptiser pour les morts? Si les morts ne ressuscitent absolument pas, pourquoi se font-ils baptiser pour eux? 15.30 Et nous, pourquoi sommes-nous à toute heure en péril? 15.31 Chaque jour je suis exposé à la mort, je l'atteste, frères, par la gloire dont vous êtes pour moi le sujet, en Jésus Christ notre Seigneur. 15.32 Si c'est dans des vues humaines que j'ai combattu contre les bêtes à Éphèse, quel avantage m'en revient-il? Si les morts ne ressuscitent pas, Mangeons et buvons, car demain nous mourrons. 15.33 Ne vous y trompez pas: les mauvaises compagnies corrompent les bonnes moeurs. 15.34 Revenez à vous-mêmes, comme il est convenable, et ne péchez point; car quelques-uns ne connaissent pas Dieu, je le dis à votre honte. 15.35 Mais quelqu'un dira: Comment les morts ressuscitent-ils, et avec quel corps reviennent-ils? 15.36 Insensé! ce que tu sèmes ne reprend point vie, s'il ne meurt. 15.37 Et ce que tu sèmes, ce n'est pas le corps qui naîtra; c'est un simple grain, de blé peut-être, ou de quelque autre semence; 15.38 puis Dieu lui donne un corps comme il lui plaît, et à chaque semence il donne un corps qui lui est propre. 15.39 Toute chair n'est pas la même chair; mais autre est la chair des hommes, autre celle des quadrupèdes, autre celle des oiseaux, autre celle des poissons. 15.40 Il y a aussi des corps célestes et des corps terrestres; mais autre est l'éclat des corps célestes, autre celui des corps terrestres. 15.41 Autre est l'éclat du soleil, autre l'éclat de la lune, et autre l'éclat des étoiles; même une étoile diffère en éclat d'une autre étoile. 15.42 Ainsi en est-il de la résurrection des morts. Le corps est semé corruptible; il ressuscite incorruptible; 15.43 il est semé méprisable, il ressuscite glorieux; il est semé infirme, il ressuscite plein de force; 15.44 il est semé corps animal, il ressuscite corps spirituel. S'il y a un corps animal, il y a aussi un corps spirituel. 15.45 C'est pourquoi il est écrit: Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant. 15.46 Mais ce qui est spirituel n'est pas le premier, c'est ce qui est animal; ce qui est spirituel vient ensuite. 15.47 Le premier homme, tiré de la terre, est terrestre; le second homme est du ciel. 15.48 Tel est le terrestre, tels sont aussi les terrestres; et tel est le céleste, tels sont aussi les célestes. 15.49 Et de même que nous avons porté l'image du terrestre, nous porterons aussi l'image du céleste. 15.50 Ce que je dis, frères, c'est que la chair et le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu, et que la corruption n'hérite pas l'incorruptibilité. 15.51 Voici, je vous dis un mystère: nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, 15.52 en un instant, en un clin d'oeil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés. 15.53 Car il faut que ce corps corruptible revête l'incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l'immortalité. 15.54 Lorsque ce corps corruptible aura revêtu l'incorruptibilité, et que ce corps mortel aura revêtu l'immortalité, alors s'accomplira la parole qui est écrite: La mort a été engloutie dans la victoire. 15.55 Ô mort, où est ta victoire? Ô mort, où est ton aiguillon? 15.56 L'aiguillon de la mort, c'est le péché; et la puissance du péché, c'est la loi. 15.57 Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus Christ! 15.58 Ainsi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, travaillant de mieux en mieux à l'oeuvre du Seigneur, sachant que votre travail ne sera pas vain dans le Seigneur.
- Chapitre 15 -
15.1 Or je vous fais savoir, frères, l’évangile que je vous ai annoncé, que vous avez aussi reçu, et dans lequel vous êtes, 15.2 par lequel aussi vous êtes sauvés, si vous tenez ferme la parole que je vous ai annoncée, à moins que vous n’ayez cru en vain. 15.3 Car je vous ai communiqué avant toutes choses ce que j’ai aussi reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les écritures, 15.4 et qu’il a été enseveli, et qu’il a été ressuscité le troisième jour, selon les écritures ; 15.5 et qu’il a été vu de Céphas, puis des douze. 15.6 Ensuite il a été vu de plus de cinq cents frères à la fois, dont la plupart sont demeurés [en vie] jusqu’à présent, mais quelques-uns aussi se sont endormis. 15.7 Ensuite il a été vu de Jacques, puis de tous les apôtres ; 15.8 et, après tous, comme d’un avorton, il a été vu aussi de moi. 15.9 Car je suis le moindre des apôtres, moi qui ne suis pas digne d’être appelé apôtre, parce que j’ai persécuté l’assemblée de Dieu. 15.10 Mais par la grâce de Dieu, je suis ce que je suis ; et sa grâce envers moi n’a pas été vaine, mais j’ai travaillé beaucoup plus qu’eux tous, non pas moi toutefois, mais la grâce de Dieu qui est avec moi. 15.11 Soit donc moi, soit eux, nous prêchons ainsi, et vous avez cru ainsi. 15.12 Or si Christ est prêché, - qu’il a été ressuscité d’entre les morts, comment disent quelques-uns parmi vous qu’il n’y a pas de résurrection de morts ? 15.13 Mais s’il n’y a pas de résurrection de morts, Christ n’a pas été ressuscité non plus ; 15.14 et si Christ n’a pas été ressuscité, notre prédication donc est vaine aussi, et votre foi aussi est vaine ; 15.15 et même nous sommes trouvés de faux témoins de Dieu, car nous avons rendu témoignage à l’égard de Dieu qu’il a ressuscité Christ, lequel il n’a pas ressuscité si réellement les morts ne ressuscitent pas. 15.16 Car si les morts ne ressuscitent pas, Christ n’a pas été ressuscité non plus ; 15.17 et si Christ n’a pas été ressuscité, votre foi est vaine, vous êtes encore dans vos péchés : 15.18 ceux donc aussi qui se sont endormis en Christ ont péri. 15.19 Si, pour cette vie seulement, nous avons espérance en Christ, nous sommes plus misérables que tous les hommes. 15.20 (Mais maintenant Christ a été ressuscité d’entre les morts, prémices de ceux qui sont endormis. 15.21 Car puisque la mort est par l’homme, c’est par l’homme aussi qu’est la résurrection des morts ; 15.22 car, comme dans l’Adam tous meurent, de même aussi dans le Christ tous seront rendus vivants ; 15.23 mais chacun dans son propre rang : les prémices, Christ ; puis ceux qui sont du Christ, à sa venue ; 15.24 ensuite la fin, quand il aura remis le royaume à Dieu le Père, quand il aura aboli toute principauté, et toute autorité, et [toute] puissance. 15.25 Car il faut qu’il règne jusqu’à ce qu’il ait mis tous les ennemis sous ses pieds : 15.26 le dernier ennemi qui sera aboli, c’est la mort. 15.27 Car " il a assujetti toutes choses sous ses pieds ". Or, quand il dit que toutes choses sont assujetties, il est évident que c’est à l’exclusion de celui qui lui a assujetti toutes choses. 15.28 Mais quand toutes choses lui auront été assujetties, alors le Fils aussi lui-même sera assujetti à celui qui lui a assujetti toutes choses, afin que Dieu soit tout en tous.) 15.29 Autrement, que feront ceux qui sont baptisés pour les morts, si les morts ne ressuscitent absolument pas ? Pourquoi aussi sont-ils baptisés pour eux ? 15.30 Pourquoi aussi nous, bravons-nous le péril à toute heure ? 15.31 Par votre confiance que j’ai dans le christ Jésus notre Seigneur, je meurs chaque jour. 15.32 Si, [pour parler] à la manière des hommes, j’ai combattu contre les bêtes à Éphèse, quel profit en ai-je si les morts ne ressuscitent pas ? " Mangeons et buvons, car demain nous mourrons ". 15.33 Ne soyez pas séduits : les mauvaises compagnies corrompent les bonnes moeurs. 15.34 Réveillez-vous [pour vivre] justement, et ne péchez pas ; car quelques-uns sont dans l’ignorance de Dieu, je vous le dis à votre honte. 15.35 Mais quelqu’un dira : Comment ressuscitent les morts, et avec quel corps viennent-ils ? 15.36 Insensé ! ce que tu sèmes n’est pas vivifié s’il ne meurt ; 15.37 et quant à ce que tu sèmes, tu ne sèmes pas le corps qui sera, mais le simple grain, de blé, comme il se rencontre, ou de quelqu’une des autres semences ; 15.38 mais Dieu lui donne un corps comme il a voulu, et à chacune des semences son propre corps. 15.39 Toute chair n’est pas la même chair ; mais autre est celle des hommes, autre la chair des bêtes, autre celle des oiseaux, autre celle des poissons : 15.40 et il y a des corps célestes et des corps terrestres ; mais différente est la gloire des célestes, et différente celle des terrestres ; 15.41 autre la gloire du soleil, et autre la gloire de la lune, et autre la gloire des étoiles, car une étoile diffère d’une [autre] étoile en gloire. 15.42 Ainsi aussi est la résurrection des morts : il est semé en corruption, il ressuscite en incorruptibilité ; 15.43 il est semé en déshonneur, il ressuscite en gloire ; il est semé en faiblesse, il ressuscite en puissance ; 15.44 il est semé corps animal, il ressuscite corps spirituel. S’il y a un corps animal, il y en a aussi un spirituel ; 15.45 c’est ainsi aussi qu’il est écrit : " Le premier homme Adam devint une âme vivante ", le dernier Adam, un esprit vivifiant. 15.46 Mais ce qui est spirituel n’est pas le premier, mais ce qui est animal ; ensuite ce qui est spirituel. 15.47 Le premier homme est [tiré] de la terre, - poussière ; le second homme est [venu] du ciel. 15.48 Tel qu’est celui qui est poussière, tels aussi sont ceux qui sont poussière ; et tel qu’est le céleste, tels aussi sont les célestes. 15.49 Et comme nous avons porté l’image de celui qui est poussière, nous porterons aussi l’image du céleste. 15.50 Or je dis ceci, frères, que la chair et le sang ne peuvent pas hériter du royaume de Dieu, et que la corruption non plus n’hérite pas de l’incorruptibilité. 15.51 Voici, je vous dis un mystère : Nous ne nous endormirons pas tous, mais nous serons tous changés : 15.52 en un instant, en un clin d’oeil, à la dernière trompette, car la trompette sonnera et les morts seront ressuscités incorruptibles, et nous, nous serons changés. 15.53 Car il faut que ce corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce mortel revête l’immortalité. 15.54 Or quand ce corruptible aura revêtu l’incorruptibilité, et que ce mortel aura revêtu l’immortalité, alors s’accomplira la parole qui est écrite : " La mort a été engloutie en victoire ". 15.55 " Où est, ô mort, ton aiguillon ? où est, ô mort, ta victoire ? ". 15.56 Or l’aiguillon de la mort, c’est le péché ; et la puissance du péché, c’est la loi. 15.57 Mais grâces à Dieu, qui nous donne la victoire par notre seigneur Jésus Christ! 15.58 Ainsi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, abondant toujours dans l’oeuvre du Seigneur, sachant que votre travail n’est pas vain dans le Seigneur.
- Chapitre 16 -
16.1 -Pour ce qui concerne la collecte en faveur des saints, agissez, vous aussi, comme je l'ai ordonné aux Églises de la Galatie. 16.2 Que chacun de vous, le premier jour de la semaine, mette à part chez lui ce qu'il pourra, selon sa prospérité, afin qu'on n'attende pas mon arrivée pour recueillir les dons. 16.3 Et quand je serai venu, j'enverrai avec des lettres, pour porter vos libéralités à Jérusalem, les personnes que vous aurez approuvées. 16.4 Si la chose mérite que j'y aille moi-même, elles feront le voyage avec moi. 16.5 J'irai chez vous quand j'aurai traversé la Macédoine, car je traverserai la Macédoine. 16.6 Peut-être séjournerai-je auprès de vous, ou même y passerai-je l'hiver, afin que vous m'accompagniez là où je me rendrai. 16.7 Je ne veux pas cette fois vous voir en passant, mais j'espère demeurer quelque temps auprès de vous, si le Seigneur le permet. 16.8 Je resterai néanmoins à Éphèse jusqu'à la Pentecôte; 16.9 car une porte grande et d'un accès efficace m'est ouverte, et les adversaires sont nombreux. 16.10 Si Timothée arrive, faites en sorte qu'il soit sans crainte parmi vous, car il travaille comme moi à l'oeuvre du Seigneur. 16.11 Que personne donc ne le méprise. Accompagnez-le en paix, afin qu'il vienne vers moi, car je l'attends avec les frères. 16.12 Pour ce qui est du frère Apollos, je l'ai beaucoup exhorté à se rendre chez vous avec les frères, mais ce n'était décidément pas sa volonté de le faire maintenant; il partira quand il en aura l'occasion. 16.13 Veillez, demeurez fermes dans la foi, soyez des hommes, fortifiez-vous. 16.14 Que tout ce que vous faites se fasse avec charité! 16.15 Encore une recommandation que je vous adresse, frères. Vous savez que la famille de Stéphanas est les prémices de l'Achaïe, et qu'elle s'est dévouée au service des saints. 16.16 Ayez vous aussi de la déférence pour de tels hommes, et pour tous ceux qui travaillent à la même oeuvre. 16.17 Je me réjouis de la présence de Stéphanas, de Fortunatus et d'Achaïcus; ils ont suppléé à votre absence, 16.18 car ils ont tranquillisé mon esprit et le vôtre. Sachez donc apprécier de tels hommes. 16.19 Les Églises d'Asie vous saluent. Aquilas et Priscille, avec l'Église qui est dans leur maison, vous saluent beaucoup dans le Seigneur. 16.20 Tous les frères vous saluent. Saluez-vous les uns les autres par un saint baiser. 16.21 Je vous salue, moi Paul, de ma propre main. 16.22 Si quelqu'un n'aime pas le Seigneur, qu'il soit anathème! Maranatha. 16.23 Que la grâce du Seigneur Jésus soit avec vous! 16.24 Mon amour est avec vous tous en Jésus Christ.
- Chapitre 16 -
16.1 Or pour ce qui est de la collecte qui [se fait] pour les saints, comme j’en ai ordonné aux assemblées de Galatie, ainsi faites, vous aussi. 16.2 Que chaque premier jour de la semaine chacun de vous mette à part chez lui, accumulant selon qu’il aura prospéré, afin que, lorsque je serai arrivé, il ne se fasse pas alors de collectes. 16.3 Et quand je serai là, ceux que vous approuverez, je les enverrai avec des lettres, pour porter votre libéralité à Jérusalem. 16.4 Et s’il convient que j’y aille moi-même, ils iront avec moi. 16.5 Or je me rendrai auprès de vous quand j’aurai traversé la Macédoine, car je traverse la Macédoine ; 16.6 et peut-être séjournerai-je auprès de vous, ou même y passerai-je l’hiver, afin que vous me fassiez la conduite où que ce soit que j’aille ; 16.7 car je ne veux pas vous voir maintenant en passant, car j’espère que je demeurerai avec vous quelque temps, si le Seigneur le permet. 16.8 Mais je demeurerai à Éphèse jusqu’à la Pentecôte ; 16.9 car une porte grande et efficace m’est ouverte, et il y a beaucoup d’adversaires. 16.10 Or, si Timothée vient, ayez soin qu’il soit sans crainte au milieu de vous, car il s’emploie à l’oeuvre du Seigneur comme moi-même. 16.11 Que personne donc ne le méprise ; mais faites-lui la conduite en paix, afin qu’il vienne vers moi, car je l’attends avec les frères. 16.12 Or, pour ce qui est du frère Apollos, je l’ai beaucoup prié d’aller auprès de vous avec les frères, mais ce n’a pas été du tout sa volonté d’y aller maintenant ; mais il ira quand il trouvera l’occasion favorable. 16.13 Veillez, tenez ferme dans la foi ; soyez hommes, affermissez-vous. 16.14 Que toutes choses parmi vous se fassent dans l’amour. 16.15 Or je vous exhorte, frères - (vous connaissez la maison de Stéphanas, qu’elle est les prémices de l’Achaïe, et qu’ils se sont voués au service des saints,) - 16.16 à vous soumettre, vous aussi, à de tels hommes et à quiconque coopère à l’oeuvre et travaille. 16.17 Or je me réjouis de la venue de Stéphanas, et de Fortunat, et d’Achaïque, parce qu’ils ont suppléé à ce qui a manqué de votre part ; 16.18 car ils ont récréé mon esprit et le vôtre : reconnaissez donc de tels hommes. 16.19 Les assemblées de l’Asie vous saluent. Aquilas et Priscilla, avec l’assemblée qui [se réunit] dans leur maison, vous saluent affectueusement dans le Seigneur. 16.20 Tous les frères vous saluent. Saluez-vous les uns les autres par un saint baiser. 16.21 La salutation, de la propre main de moi, Paul. 16.22 - Si quelqu’un n’aime pas le seigneur [Jésus Christ], qu’il soit anathème, Maranatha! 16.23 Que la grâce du Seigneur Jésus Christ soit avec vous! 16.24 Mon amour est avec vous tous dans le christ Jésus. Amen.

- FIN -


Nouveau Testament
01- Matthieu
02- Marc
03- Luc
04- Jean
05- Actes des Apôtres
06- Romains
07- 1 Corinthiens
08- 2 Corinthiens
09- Galates
10- Éphésiens
11- Philippiens
12- Colossiens
13- 1 Thessaloniciens
14- 2 Thessaloniciens
15- 1 Timothée
16- 2 Timothée
17- Tite
18- Philémon
19- Hébreux
20- Jacques
21- 1 Pierre
22- 2 Pierre
23- 1 Jean
24- 2 Jean
25- 3 Jean
26- Jude
27- Apocalypse

Ancien Testament
01- Genèse
02- Exode
03- Lévitique
04- Nombres
05- Deutéronome
06- Josué
07- Juges
08- Ruth
09- 1 Samuel
10- 2 Samuel
11- 1 Rois
12- 2 Rois
13- 1 Chroniques
14- 2 Chroniques
15- Esdras
16- Néhémie
17- Esther
18- Job
19- Psaumes
20- Proverbes
21- Ecclésiaste
22- Cantique des cantiques
23- Ésaïe
24- Jérémie
25- Lamentations de Jérémie
26- Ézéchiel
27- Daniel
28- Osée
29- Joël
30- Amos
31- Abdias
32- Jonas
33- Michée
34- Nahum
35- Habacuc
36- Sophonie
37- Aggée
38- Zacharie
39- Malachie

Bible2000.Net